Affaire de la sextape de Valbuena : Karim Benzema sera rejugé les 30 juin et 1er juillet

APPEL L'avant-centre du Real Madrid et de l'équipe de France sera jugé en appel à Versailles. Il a été condamné en première instance à un an de prison avec sursis et 75.000 euros d'amende

20 Minutes avec AFP
— 
Karim Benzema lors de la conférence de presse avant le match face au PSG.
Karim Benzema lors de la conférence de presse avant le match face au PSG. — Franck FIFE / AFP

Alors qu’il vient de battre le record du nombre de buts marqués par un avant-centre français en matchs officiels, c’est une actualité autrement moins réjouissante qui attend l’attaquant du Real Madrid et de l’équipe de France Karim Benzema. L’ancien Lyonnais sera jugé en appel à Versailles dans l’affaire de la sextape les 30 juin et 1er juillet, plusieurs mois avant la Coupe du monde 2022.

En novembre 2021, il avait été condamné par le tribunal correctionnel de Versailles à un an de prison avec sursis et 75.000 euros d’amende pour complicité de tentative de chantage contre son ancien coéquipier en équipe de France, Mathieu Valbuena.

Il devrait être présent pour l’appel

Karim Benzema ne s’était pas présenté à l’audience en première instance pour des « raisons professionnelles », avait justifié son avocat, Antoine Vey. Mais Me Vey avait ajouté lors du délibéré que son client viendrait s’expliquer en appel. Karim Benzema aura fini sa saison avec le Real Madrid les 30 juin et 1er juillet et ne sera pas alors retenu en équipe de France. Ce mardi, ses avocats n’ont pas souhaité commenter la date du procès en appel ou confirmer sa présence devant la 9e chambre de la cour d’appel de Versailles.

Karim Benzema est le seul des cinq personnes condamnées pour tentative de chantage ou complicité contre Mathieu Valbuena à avoir fait appel de sa sanction pénale. Lors du jugement, la 7e chambre du tribunal correctionnel de Versailles avait estimé que le joueur s’était « personnellement impliqué, au prix de subterfuges et de mensonges, pour convaincre son coéquipier de se soumettre au chantage ».

L’attaquant n’a fait preuve « d’aucune bienveillance à l’égard de Matthieu Valbuena, bien au contraire » et a agi « avec une certaine excitation, voire une certaine jubilation », avait ajouté son président.