Marseille : « Je reconnais une certaine frénésie »… La folie des grandeurs du dentiste millionnaire Lionel Guedj, accusé de mutilations dentaires

PROCES Pour ce premier jour de procès, le tribunal correctionnel de Marseille a mis en lumière le train de vie faramineux du Dr Lionel Guedj, dentiste millionnaire accusé de mutilations dentaires

Mathilde Ceilles
— 
Lionel Guedj à son arrivée au tribunal
Lionel Guedj à son arrivée au tribunal — Nicolas TUCAT / AFP
  • Ce lundi s’ouvrait à Marseille le procès des docteurs Guedj, accusés de s’être enrichis sur le dos de la Sécurité sociale en mutilant des centaines de patients modestes.
  • Le tribunal s’est notamment concentré sur le rapport à l’argent de Lionel Guedj, à l’époque jeune dentiste à la tête de plusieurs sociétés, et à ses goûts de luxe.

« Connards ! Enculés ! Tueurs ! » Lorsque Lionel Guedj entre dans la salle d’audience pour la première fois ce lundi, c’est sous les insultes de la centaine de parties civiles présentes. Le procès hors norme du dentiste​, et de son père, également dentiste, s’est ouvert dans un climat de haute tension devant la sixième chambre du tribunal correctionnel de Marseille . Les deux anciens médecins des quartiers Nord sont accusés de s’être enrichis sur le dos de la « Sécu » avec des opérations injustifiées et bâclées sur 322 patients, mutilés à vie pour certains, entre 2006 et 2012.

Un enrichissement dont jouissait pleinement Lionel Guedj, à en croire l’examen de son patrimoine. Dès l’ouverture de son cabinet, à 25 ans à peine, le dentiste se meut en un véritable businessman à la tête de sept sociétés différentes. En quelques années, Lionel Guej acquiert avec sa femme plusieurs biens immobiliers, dont un immeuble de 59 appartements à Perpignan, estimé à 2,5 millions d’euros. Il investit également dans un restaurant. L’ancien dentiste s’offre enfin un bateau de 15 mètres, puis, en leasing, une Aston Martin de 450 chevaux, et toujours en leasing, une Porsche Cayenne, déclarée comme véhicule de fonction pour sa femme, employée dans son cabinet dentaire… mais qui travaille majoritairement à domicile.

Une certaine frénésie

« Je n’ai pas du tout l’impression d’entendre un dentiste, tance le procureur de la République face à Lionel Guedj, sommé de détailler son patrimoine à la barre. J’ai le sentiment d’avoir un homme qui brasse assez d’argent. » « Je reconnais une certaine frénésie, concède Lionel Guedj. C’était une façon pour moi d’exister. J’ai été pris dans un engrenage. » Le quadragénaire affirme par ailleurs avoir voulu « protéger sa famille » et « prendre une certaine revanche sur la vie ». En pleurs, le dentiste explique avoir été diagnostiqué d’une grave maladie, la maladie de Hodgkin, au moment même où il ouvre son cabinet. « Le médecin a dit à ma femme, qui était enceinte à ce moment-là, que le gosse allait être orphelin », hoquette-t-il.

L’avocat de Lionel Guedj tente, de son côté, une autre explication. « Est-ce que vous n’avez pas voulu démontrer à votre femme que vous étiez capable de donner le confort, le bien-être et la fortune qu’elle est en droit d’attendre, elle qui vient d’une famille moins modeste que la vôtre ? » « Je voulais prouver que… » L’ancien dentiste éclate de nouveau en sanglots. « Mon beau-père était dans l’immobilier, un marchand de biens, poursuit Lionel Guedj. A la fin, il avait travaillé pour une grosse société d’intérim. Il avait une très grosse situation. »

Une récente condamnation

Quelques minutes plus tôt, Lionel Guedj avait troqué les larmes pour un agacement agressif, n’hésitant pas à couper la présidente ou le ministère public. « Je ne vois pas en quoi avoir de l’argent est un crime en France ! », s’indigne l’ancien dentiste millionnaire. « Le fait d’avoir de l’argent ne pose aucune difficulté, rétorque la présidente du tribunal, Céline Ballérini. Le problème se pose à partir du moment où des personnes viennent vous demander de l’argent, et qu’on se demande pourquoi il ne reste plus rien. »

Le patrimoine d’autrefois de Lionel Guedj s’est en effet volatilisé, au point que certains, sur les bancs de la partie civile, accusent le dentiste d’avoir orchestré son insolvabilité, sans que la justice leur donne pour l’heure raison. « Je n’ai aucun revenu à l’heure d’aujourd’hui, rappelle Lionel Guedj. Mes journées se passent comme ça. Je vais chercher mes gosses. Je passe au tabac [où travaille sa femme, NDLR]. J’aide. Je récupère les gosses. » Le 8 février 2021, Lionel Guedj a d’ailleurs été condamné dans une affaire de trafic international de cigares à six mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende.