Montreuil : La justice annule les mesures contre un pilote d’Air France suspecté de radicalisation

TRIBUNAL ADMINISTRATIF L'homme était proche d'un autre pilote pratiquant un Islam rigoriste

20 Minutes avec agence
— 
Le tribunal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a décidé ce jeudi que le pilote devait récupérer l'habilitation supprimée. Photo d'illustration.
Le tribunal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a décidé ce jeudi que le pilote devait récupérer l'habilitation supprimée. Photo d'illustration. — JP PARIENTE/SIPA

Un pilote de ligne accusé de radicalisation par Air France a finalement obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) ce jeudi. Le tribunal a obligé l’administration à lui fournir une habilitation provisoire lui permettant d’accéder aux zones de sûreté, rapporte Actu Seine-Saint-Denis.

Visé par une « note blanche »

Cette autorisation lui avait été retirée le 14 octobre 2021 en raison de soupçons de radicalisation nourris par sa proximité avec un autre pilote pratiquant un Islam rigoriste. L’homme était suspecté d’adhérer personnellement à cette vision, amenant les services de renseignements à produire une « note blanche » sur lui.

Le tribunal a jugé ces renseignements « imprécis et non circonstanciés ». L’homme avait par ailleurs produit de nombreux témoignages de commandants de bord, pilotes et personnels navigants féminins et masculins d’Air France. Tous attestaient que sa vie religieuse n’affectait en rien ses qualités professionnelles. L’État a été condamné à verser 1.000 euros en remboursement des frais engagés.