Nice : L’ex-compagnon de la femme victime d’une tentative de féminicide avait été placé en garde à vue deux jours avant

ENQUETE Le procureur de la République de Nice confirme « qu’il y a eu une garde à vue ce week-end pour des faits d’agression sexuelle » qui sont « contestés ». L’ex-compagnon a été mis en examen pour « tentative de meurtre par conjoint »

Fabien Binacchi
— 
Police nationale (Illustration)
Police nationale (Illustration) — Mathieu Pattier / Sipa
  • La Fédération nationale des victimes de féminicides avance qu'« aucune mesure de protection n’a été accordée » à Joanna, « poignardée et étranglée [lundi] à Nice » alors que son ex-compagnon venait de passer six heures en garde à vue.
  • La garde à vue a été « levée dimanche soir faute d’éléments suffisamment probants ne permettant pas, à ce stade, l’exercice de poursuite », selon le procureur.
  • L’ex-mari de la victime a été mis en examen pour « tentative de meurtre par conjoint » ce mercredi.

Depuis mardi soir, le tweet diffusé par la Fédération nationale des victimes de féminicides a été partagé Plus de 13.000 fois. Il affirme qu'« aucune mesure de protection n’a été accordée » à Joanna, « poignardée et étranglée [lundi] à Nice […] par son ex-compagnon », interpellé ce jour-là, alors qu’elle avait pourtant « porté plainte 48 h avant ». L’homme, mis en examen pour « tentative de meurtre par conjoint » ce mercredi, était alors « ressorti libre après six heures de garde à vue », assure aussi le post.


Interrogé par 20 Minutes, le procureur de la République de  Nice confirme bien « qu’il y a eu une garde à vue ce week-end pour des faits d’agression sexuelle » et indique que cette dernière a été « levée dimanche soir faute d’éléments suffisamment probants ne permettant pas, à ce stade, l’exercice de poursuite ». Xavier Bonhomme précise par contre que « la victime n’a pas déposé plainte » et que « les faits sont par ailleurs contestés ».

La Fédération nationale des victimes de féminicides maintient que la jeune femme « avait déposé plainte et cela à plusieurs reprises ». « Nous allons demander au gouvernement une commission d’enquête afin d’établir les responsabilités dans cette affaire », fait savoir Sylvaine Grévin, sa présidente.

Placé en détention provisoire

Pour les faits de lundi matin, l’ex-mari de la victime était présenté à un juge ce mercredi à la mi-journée et a été mis en examen pour « tentative de meurtre par conjoint », a également annoncé à 20 Minutes le procureur de la République de Nice. Il a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet. « Le mis en cause était alcoolisé fortement et ne se souvient pas précisément des faits », précise Xavier Bonhomme.

Grièvement blessée au cou, à l’oreille et à la joue selon une photo publiée sur le compte Instagram @justicepourjohanna, la jeune femme a « échappé de peu à la mort ». L’arme utilisée a « approché à moins d’un centimètre de son artère jugulaire », révèlent ses soutiens sur le réseau social. Une cagnotte en ligne a été ouverte « pour Johanna et ses enfants », selon la Fédération nationale des victimes de féminicides.