Morbihan : Un parc éolien déclaré illégal juste avant sa mise en service

VENT CONTRAIRE La cour administrative d’appel de Nantes a donné raison aux riverains du parc éolien situé à Noyal-Muzillac

J.G.
Une éolienne, ici à Plémet, dans les Côtes d'Armor.
Une éolienne, ici à Plémet, dans les Côtes d'Armor. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Les trois éoliennes de taille XXL (180 m de haut) installées sur les hauteurs de Noyal-Muzillac,  dans le Morbihan, devaient normalement commencer à tourner dans les prochaines semaines. Mais le projet a désormais du plomb dans l’aile, après la décision de la cour administrative d’appel de Nantes, comme le   rapporte Ouest-France.

Mardi, la justice a en effet annulé l’autorisation d’exploitation délivrée en mai 2018 par le préfet au promoteur France énergie éolienne, rendant de fait le parc illégal. Cette décision sonne comme une victoire pour les opposants, réunis au sein de l’association Vent de discorde, qui dénoncent depuis plusieurs années ce projet.

Un parc éolien bientôt démantelé dans le Morbihan

Dans sa décision, la cour administrative d’appel de Nantes a reconnu que le parc éolien portait « une atteinte au paysage et à la commodité du paysage ». Le promoteur a désormais deux mois pour se pourvoir en cassation auprès du Conseil d’État.

Début janvier, le préfet du Morbihan avait déjà ordonné le démantèlement du parc éolien de Guern. Déclarées illégales par la justice fin 2019, les trois éoliennes étaient toujours en activité jusqu’à la décision fin décembre du Conseil d’État qui a rejeté le pourvoi en référé de l’exploitant.