Le placement des Balkany sous bracelet électronique annulé parce qu’ils ne faisaient aucun « effort »

EXPLICATIONS La procureur assure qu’Isabelle et Patrick Balkany ont joué avec le feu en ne se conformant pas aux restrictions imposées dans le cadre des aménagements de peine

M.F avec AFP
— 
La justice reproche au couple Balkany de n'avoir fait aucun effort pour respecter leurs obligations lors de leur assignation à résidence.
La justice reproche au couple Balkany de n'avoir fait aucun effort pour respecter leurs obligations lors de leur assignation à résidence. — EREZ LICHTFELD/SIPA

« Ils passaient leur temps à jouer avec le feu. A un moment donné, c’est très simple, quand on joue avec le feu, on se brûle », a déclaré ce vendredi la procureure de la République d’Evreux, Dominique Puechmaille, à propos des Balkany. La veille, la justice a confirmé la révocation du placement de Patrick Balkany et d’Isabelle Balkany sous bracelet électronique. Assignés jusqu’à présent à résidence  dans leur propriété de Giverny dans l’Eure, le couple pourrait, de ce fait, être envoyé en prison.

Selon l’arrêt concernant Patrick Balkany, « son attitude et ses propos véhéments (…) souvent outranciers, voire outrageants tant à l’égard du personnel de l’administration pénitentiaire que du juge de l’application des peines, ont illustré son incapacité à se conformer aux restrictions (…) imposées dans le cadre des aménagements de peine de trois ans d’emprisonnement ferme, dont il a continué à contester la sévérité, voire le bien-fondé ».

Le bip du bracelet n’arrêtait pas de sonner

La procureure de la République d’Evreux a également dénoncé une « absence totale d’efforts pour apurer leur dette fiscale, objet de la condamnation » pour fraude fiscale. « Avant la révocation, il y a eu pour chacun de nombreux recadrages qui sont demeurés lettre morte », a souligné la magistrate. « Outre quelques alarmes non justifiées, Patrick Balkany n’a jamais respecté sa principale obligation particulière, à savoir celle de payer les sommes dues aux finances publiques, et ce, en dépit de sa très importante dette fiscale », selon l’arrêt.

Le couple a « des revenus tout à fait confortables », a précisé la source judiciaire. Les motivations de l’arrêt concernant Isabelle Balkany sont similaires, selon la source judiciaire. « Il y a des rendez-vous [avec la justice] auxquels ils ne se sont pas rendus. Il y a des rendez-vous auxquels ils ont été particulièrement désagréables. Il y a eu des dates butoirs qui ont été fixées par le juge pour faire des efforts et tout ça est resté lettre morte », a aussi précisé la source judiciaire. Quant au périmètre à respecter, « le bip n’a pas arrêté de sonner parce qu’à chaque fois, ils étaient en limite de périmètre », selon la source judiciaire.

Direction l’établissement pénitentiaire pour les Balkany

Ce vendredi, Patrick Balkany a assuré que son épouse était toujours hospitalisée à Evreux, après selon lui une tentative de suicide jeudi. « Elle est dans le coaltar », a-t-il assuré. Il a précisé se trouver chez lui à Giverny. Isabelle Balkany est « toujours hospitalisée. Elle est très faible », a aussi Sylvie Ramond, une amie de l’ancienne première adjointe de Levallois-Perret.

Le parquet d’Evreux n’avait ce vendredi matin pas encore été saisi par le parquet général et il était peu probable que les époux soient incarcérés dans la journée. La décision de la cour d’appel de Rouen « sera notifiée aux intéressés par lettre recommandée », avait indiqué jeudi le parquet général dans un communiqué. Les époux « seront convoqués par le parquet d’Evreux », qui va « organiser la poursuite de leur condamnation en établissement pénitentiaire », avait-il ajouté.