Marseille : Gardes à vue, stupéfiants, homicides volontaires, viols sur mineur… La justice dévoile ses chiffres en 2021

BILAN Le parquet et le tribunal de Marseille ont donné un bilan de leur activité 2021, en mettant l'accent sur certains points

Alexandre Vella
— 
Le tribunal de Marseille
Le tribunal de Marseille — Alexandre Vella / 20 Minutes
  • 31 % des comparutions immédiates pour des affaires de stupéfiants, hausse des homicides et tentatives d’homicides, augmentation des viols sur mineur…
  • 20.000 gardes à vue et 38 millions d’euros de biens saisis…
  • Le tribunal et le parquet de Marseille ont livré le bilan de leur année 2021.

En matière de faits divers, Marseille et sa ceinture sont, hélas, bien souvent défavorablement décrites. Le bilan de l’activité juridique 2021 livré ce vendredi matin par le tribunal et le parquet donne écho à cette réalité et a permis de mettre l’accent sur certains points.

Ainsi, la ville a connu une série sanglante de règlements de comptes sous fond de trafic de stupéfiants. Le tribunal a naturellement enregistré une hausse de cette activité criminelle. Ce dernier a été saisi de 149  homicides volontaires et tentatives d’homicides volontaires dans le département (contre 106 en 2019). Parmi eux, trente-six meurtres ont eu lieu sur Marseille et sont directement liés à la criminalité organisée du trafic de stupéfiants. La procureure de la République, Dominique Laurens, a par ailleurs regretté « ne pas parvenir collectivement à casser cette vision d'argent facile ». « Un mythe » qui attire de plus en plus de très jeunes mineurs en provenance d'autres régions françaises qui viennent « jobber » à Marseille.

31 % des comparutions immédiates pour des affaires de stup

Une prégnance des stupéfiants dans la criminalité et la  délinquance marseillaise illustrée par le fort taux d’audiences en comparution immédiate à ce propos : 31 % des 2.331 procédures de ce type, ce qui place ce délit en tête des audiences (devant les atteintes aux personnes, 28 %). À noter également dans la même catégorie, les 8 % de comparutions immédiates pour des atteintes à l’autorité à l’État.

Les magistrats ont par ailleurs relevé une hausse inquiétante du nombre de viols sur mineur, passant de 161 en 2019 à 275 en 2021. Autre sujet d’inquiétude, « la banalisation du phénomène de vol et de possession d’arme blanche », dont l’actualité nous a donné très récemment un tragique exemple. Cela alors que dans les chiffres, les vols avec armes reculent assez nettement, passant de 215 en 2019 à 116 l’année écoulée.

Un retard légèrement résorbé

Enfin, au rayon des bonnes nouvelles, le tribunal a pu compter une légère augmentation de ses effectifs et compte 118 magistrats. Si cela reste encore insuffisant, « la courbe est dans le bon sens », a salué Olivier Leurant, président du tribunal judiciaire. Les 398 greffiers et greffières restent, eux aussi, en nombre insuffisant pour satisfaire toute l’activité du tribunal. « Cela représente 44,95 % des effectifs, lorsque des juridictions comme Lyon ou Bobigny sont à plus de 50 % », a exposé Jean-Marc Arnaud, directeur du greffe. L’année 2021 a toutefois permis de résorber une partie du retard accumulé en 2020, notamment du fait de l’épidémie de Covid-19 en France, et de « revenir à un niveau de stock des affaires identique à celui de fin 2019 ».

Enfin, un peu plus 20.000 gardes à vue ont eu lieu en 2021, toutes causes confondues. Le bureau d’exécution des peines a récolté 390.000 euros d’amende. 175 armes à feu ont été sorties de la circulation à Marseille et l’équivalent de 38 millions d’euros de biens a été saisi.