Yvelines : Une enseignante menacée pour un montage jugé raciste

MENACES Dans un cours sur l’évolution, pour illustrer l’homme moderne, une enseignante a utilisé une photo de Soprano. Accusée de racisme, elle est menacée et a dû quitter la région. Cette affaire rappelle celle de Samuel Paty.

20 Minutes avec AFP
— 
Un professeur donne cours à Clichy, le 5 septembre 2012
Un professeur donne cours à Clichy, le 5 septembre 2012 — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • En décembre 2020. Pour illustrer son cours de sciences sur l’évolution de l’Homme, une professeure a utilisé une photo du chanteur Soprano.
  • Un parent d’élève s’en est ému sur Facebook, et l’affaire est devenue virale : la professeure a été menacée.
  • Elle a dû quitter son poste. Le père de famille a quant à lui été condamné à dix mois de prison ferme.

Tout a démarré avec une image, en décembre 2020. Pour son cours de sciences, une professeure dans un collège de Trappes (  Yvelines) présente une frise chronologique sur  l’évolution de l’Homme. Homo erectus, homo sapiens et singes composent l’infographie. Ce qui étonne ? Un montage que la prof a réalisé pour « intéresser les élèves ». Aux côtés des singes, Stéphanie* a en effet ajouté une photo : celle du chanteur  Soprano.

L'illustration utilisée par Stéphanie* pour montrer l'évolution de l'Homme
L'illustration utilisée par Stéphanie* pour montrer l'évolution de l'Homme - LE PARISIEN

Le montage scandalise une élève. L’image est partagée par son père sur Facebook : « Y a rien qui vous choque ??? Ma fille elle m’a dis papa c pas normal », écrit-il. Deux mois plus tard, à la suite d’un rendez-vous entre l’enseignante et le père, la photo est supprimée des réseaux sociaux.

Mais le mal est fait. Le montage est devenu viral et la professeure est menacée. Pour sa protection, elle est contrainte de quitter l’établissement et la région. « J’ai tout perdu, tout ce que j’ai construit depuis dix ans, cet homme m’a volé ma vie et j’ai eu très peur », raconte-t-elle à l’AFP.

C’est que l’affaire Samuel Paty est encore dans les esprits. Quatre mois plus tôt, le 16 octobre 2020, après avoir été, lui aussi, menacé sur les réseaux sociaux, le professeur d’histoire-géographie est décapité devant son école.

Pas son premier montage

Elle a l’habitude de ce genre de montage. Sur d’autres images, « des photos de Kylian Mbappé ou Josiane Balasko », explique Le Parisien qui a révélé l’affaire. Elle explique aussi au micro de BFM qu’elle fait ce montage car un élève s’est plaint, en 2015, de ne voir que des personnages blancs dans les manuels scolaires. Aujourd’hui, « j’appréhende d’aborder d’autres sujets sensibles comme la puberté et la reproduction », raconte celle qui est désormais remplaçante dans une autre région.

En novembre 2021, le père d’élève a été condamné à six mois de prison ferme et 13.600 euros de dommages et intérêts par le tribunal de Versailles. Pour autant, il a été relaxé du chef d’injure publique envers un fonctionnaire, a indiqué le parquet à l’AFP. Cette décision est en cours d’appel. La date du nouveau procès n’est pas encore connue.