Pass vaccinal : Salut nazi ou « clapping », que s’est-il passé à la manifestation parisienne samedi ?

ULTRADROITE Le ministre de l’Intérieur a demandé à la préfecture de police de faire un signalement à la justice alors qu’une photo semblant montrer des saluts nazis au cours d’une manifestation contre le pass sanitaire est devenue virale sur les réseaux sociaux

C.Po.
— 
Gérald Darmanin a fait un signalement à la justice après des soupçons de saluts nazis
Gérald Darmanin a fait un signalement à la justice après des soupçons de saluts nazis — Twitter/@daphne_dsch

Le cliché, pris samedi après-midi pendant la manifestation parisienne contre le  pass vaccinal, est rapidement devenu viral sur les  réseaux sociaux : quelques dizaines de personnes, tout de noir vêtues, pour certaines cagoulées, dans une posture pouvant faire penser à un salut nazi. « Paris, France. Environ 200  néonazis, bras tendus, en pleine rue, au cœur de la manifestation anti pass. Tout va bien », précise en légende la journaliste indépendante Daphné Deschamps, qui a publié la photo sur Twitter.

Dès le lendemain, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a indiqué  avoir demandé à la préfecture de police de Paris de faire un signalement à la justice. « Cette photo prise en marge de la manifestation anti-pass du mouvement dit « les Patriotes » choque beaucoup, à juste titre », précise le locataire de la place Beauvau. Si le cliché a bien été pris en marge de la manifestation organisée par Florian Philippot, ce dernier réfute catégoriquement les accusations : selon l’ancien cadre du Front national, les manifestants ne faisaient pas un salut nazi mais participaient à un « clapping », ce geste des supporters qui consiste à frapper dans ses mains au-dessus de la tête à intervalles réguliers. Il accompagne son tweet d’une vidéo prise au même moment – les bâtiments en arrière-plan sont identiques – dans lequel on voit effectivement les militants effectuer un clapping.



Un clapping… mais des symboles néonazis

« La majorité des manifestants faisait effectivement un clapping même s’il y a eu des saluts nazis au cours de la manifestation », confirme auprès de 20 Minutes Daphné Deschamps, qui précise d’emblée qu’elle n’était pas présente samedi dans la manifestation de peur d’être  victime d’une agression comme le furent deux reporters de l’AFP, violemment pris à partie par une cinquantaine de personnes. Les clichés, explique-t-elle, proviennent de la chaîne Telegram « Ouest Casual » prisée de la mouvance identitaire. A y regarder de plus près, on s’aperçoit effectivement que la majorité des protagonistes a les deux bras en l’air, même si l’angle de la photo et le fait qu’ils soient tous vêtus de noir alimentent la confusion.

Une croix celtique, symbole néonazi, dans la manifestation anti-pass
Une croix celtique, symbole néonazi, dans la manifestation anti-pass - Ouest Casual

« Je n’ai jamais écrit qu’il s’agissait de "saluts nazis" mais de 200 néonazis bras tendus, c’est différent », précise la journaliste spécialisée dans les mouvements d’extrême droite. Elle rappelle ainsi que le groupe – qui se définit lui-même comme un « white block » – défile derrière une banderole frappée d’une citation de l’écrivain antisémite Charles Maurras, « les libertés ne s’octroient pas, elles se prennent ». Sur d’autres clichés de la manifestation publiés au sein de la même chaîne Telegram, on aperçoit également un drapeau noir avec une croix celtique, symbole néonazi qui fut notamment récupéré par le GUD, le syndicat d’extrême droite Groupe union défense, réputé pour ses actions violentes. Quand un symbole en remplace un autre.