Affaire Delphine Jubillar : La couette de la disparue ne se trouvait pas dans la machine à laver

ENQUETE La couette dans laquelle était censée dormir Delphine Jubillar se trouvait bien dans le salon lors de l’arrivée des gendarmes et non pas dans la machine à laver comme l'a attesté le procureur

O.G.
— 
Un hommage à Delphine Jubillar lors d'une marche blanche en mémoire de l'infirmière un an après sa disparition, le 19 décembre 2020.
Un hommage à Delphine Jubillar lors d'une marche blanche en mémoire de l'infirmière un an après sa disparition, le 19 décembre 2020. — AFP

La fameuse couette n’était donc pas dans la machine à laver. Contrairement à ce qu’avait annoncé l’ex-procureur de Toulouse Dominique Alzéari en juin dernier, la couette dans laquelle était censée dormir Delphine Jubillar, la nuit de sa disparition inexpliquée, se trouvait bien dans le salon à l’arrivée des gendarmes, le 16 décembre 2020.

Selon La Dépêche du Midi et   BFMTV qui révèlent cette information, la couette dans laquelle dormait Delphine depuis que le couple Jubillar se déchirait n’a donc pas été retrouvée dans la machine à laver lors de la perquisition. « Les gendarmes ont pris des photos et l’on y voit très bien la couette de Delphine posée sur le canapé du salon », indique BFMTV.

Pas de sang dans l'eau de la machine à laver

Selon Dominique Alzéari, cette couette était l’un des éléments à charge contre Cédric Jubillar, suspect numéro un dans l’enquête sur le meurtre de la jeune infirmière. Les gendarmes avaient, selon le procureur, trouvé suspect que le mari ait lancé une machine à 5 heures du matin. Interrogé, Cédric Jubillar avait répondu que, « c’était pour [s]’occuper » en attendant l’arrivée des forces de l’ordre.

Les analyses de l’eau prélevée dans la machine à laver du couple Jubillar et du siphon de l’appareil électroménager avaient cependant révélé qu’il n’y avait aucune trace de sang ni d’urine sur la couette de la Tarnaise.

« Le procureur a menti »

« Aujourd’hui, la démonstration est apportée que cette information est fausse […]. Le procureur a menti, ont déclaré, jeudi soir, les avocats de Cédric Jubillar à BFMTV. Les gendarmes ont indiqué que Cédric Jubillar était en train de mettre du linge dans le lave-linge qui ne tournait pas et ils n’ont jamais parlé de couette. »

Delphine Jubillar a disparu la nuit du 15 au 16 décembre 2020, à Cagnac-les-Mines (Tarn). Son mari,

Cédric Jubillar, a été mis en examen et placé en détention provisoire le 18 juin 2021. Celui dont la remise en liberté doit être à nouveau examinée le 11 janvier par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse clame son innocence depuis le début de l’enquête.