Transport aérien : Si un vol a décollé trop en avance, les passagers peuvent être indemnisés

L'HEURE C'EST L'HEURE Une récente décision de la Cour de justice européenne a affirmé que les passagers dont l’avion était parti avec plus d’une heure d’avance avaient le droit à la même indemnisation que ceux dont l’avion est parti en retard

20 Minutes avec Agence
— 
Un avion en plein décollage (illustration).
Un avion en plein décollage (illustration). — Mike Stewart/AP/SIPA

Le 21 décembre dernier, la Cour de justice de l’Union Européenne a rendu son verdict dans le cadre de plusieurs affaires opposant des passagers d’avions en  Allemagne aux compagnies Azurair, Corendon Airlines, Eurowings, Austrian Airlines et Laudamotion, rapporte BFM Business. Ces passagers demandaient en effet une indemnisation après le départ de leur avion en avance par rapport à l’horaire prévu.

Finalement, les tribunaux régionaux allemands ont saisi la Cour de justice européenne et cette dernière a affirmé que, dans le cas où l’avion était parti avec plus d’une heure d’avance, les passagers avaient le droit à la même indemnisation (comprise entre 250 et 600 euros selon la distance) que ceux ayant subi un retard ou une annulation de vol, selon le droit des passagers aériens.

Des désagréments reconnus

« Un tel avancement fait perdre aux passagers la possibilité de disposer librement de leur temps ainsi que d’organiser leur voyage ou leur séjour en fonction de leurs attentes » a notamment statué la Cour, qui a également mis en avant que, dans ces conditions, un passager ayant pris toutes ses précautions pouvait malgré tout ne pas pouvoir embarquer dans l’avion.

Dans sa décision, la Cour a par ailleurs précisé que les compagnies ne pourront pas réduire de 50 % cette éventuelle indemnité dans le cas où un réacheminement sans retard final aurait été proposé au passager. Elle a également précisé que cette indemnisation s’appliquait à la fois dans le cas d’un vol sec ou d’un vol proposé dans une formule avec séjour organisé. « Il ne peut pas être exigé du passager qu’il se procure des informations relatives aux relations entre l’organisateur et le transporteur aérien » a-t-elle expliqué.