Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
ASSISESLa mère, suspectée d'avoir tuée ses fillettes, avoue en plein procès

Procès du double infanticide de Limonest : En pleine audience, la mère avoue avoir tué ses petites filles

ASSISES
Jamila El Rhoufi, qui clamait depuis trois ans et demi son innocence, a reconnu être à l’origine de la mort de ses filles, ce jeudi matin lors de son interrogatoire devant la cour d’assises du Rhône
La cour d'assises du Rhône à Lyon.
La cour d'assises du Rhône à Lyon. - ALLILI MOURAD/SIPA
Caroline Girardon

C.G. avec AFP

Après des années de dénégation, elle a fini par avouer. En pleine audience. Accusée d’avoir assassiné ses deux filles de 3 et 5 ans, en juin 2018, Jamila El Rhoufi a reconnu ce jeudi matin être à l’origine de la mort de ses enfants, lors de son interrogatoire sur les faits, au troisième jour de son procès devant les Assises du Rhône.

Suspectée d’avoir étouffé ses fillettes dans leur sommeil avec un oreiller, la frêle mère de famille a évoqué « un accident ». « Je vais vous dire ce qui s’est passé ce jour-là. C’est moi qui ai provoqué cet accident », a-t-elle spontanément lâché dès le début de son interrogatoire, alors qu’elle avait toujours nié les faits.

« Jamais une mère désire faire du mal à ses propres enfants »

« Que tout le monde sache que je ne l’ai pas fait par plaisir. Jamais une mère désire faire du mal à ses propres enfants », a déclaré l’accusée de 41 ans, affirmant que « ce jour du 10 juin 2018 », sa vie « s’est arrêtée ».

Elle s’est ensuite lancée dans un long récit de son parcours, mettant notamment en cause l’indifférence de son mari. « Je me suis mise dans une carapace, il fallait que je me protège, que je protège la petite », a-t-elle tenté d’expliquer, évoquant son isolement et une relation fusionnelle avec ses filles.

Issue d’une famille de sept enfants du nord de la France, Jamila El Rhoufi a été placée en foyer à 16 ans en raison des violences de son père. Tentatives d’enlèvement, projet de mariage forcé, son parcours de jeunesse a été marqué par la brutalité.

Sujets liés