Amiens : Les dealers se diversifient et trafiquent des mortiers d'artifice sur Snapchat

ENQUÊTE Les services de police ont interpellé deux hommes suspectés de trafics divers, notamment de mortiers d’artifice, des armes par destination de plus en plus utilisées contre les forces de l’ordre

Mikaël Libert
— 
Une partie des saisies réalisées par la police d'Amiens.
Une partie des saisies réalisées par la police d'Amiens. — Police nationale
  • Une enquête avait été ouverte fin septembre après une nuit de violences urbaines à Amiens, dans la Somme.
  • Des mortiers d’artifice avaient été utilisés contre les policiers et les investigations devaient permettre de retrouver le fournisseur.
  • Deux suspects ont été interpellés début décembre et un impressionnant arsenal a été saisi.

La loi de l’offre et de la demande. Lorsqu’il s’agit de faire de l’argent, les délinquants savent s’adapter au marché. Avec l’utilisation de plus en plus récurrente de mortiers d’artifice en tant que projectiles contre les forces de l’ordre, ces fusées pyrotechniques sont devenues l’objet d’un véritable trafic. A Amiens, dans la Somme, les services de police ont interpellé deux hommes soupçonnés de vendre sur les réseaux sociaux différents modèles de mortiers.

Comme le souligne le parquet d’Amiens, les attaques contre les forces de l’ordre à l’aide de mortiers d’artifice se sont généralisées sur tout le territoire national. En septembre dernier, dans plusieurs quartiers de la capitale picarde, les policiers avaient été pris pour cible par des dizaines de ces fusées lors d’une nuit de violences urbaines. Dans la foulée, une enquête préliminaire avait été ouverte pour tenter de remonter la filière grâce à laquelle les délinquants se fournissaient en mortiers puisque la vente de ces objets est très réglementée.

Mortiers, stupéfiants, armes et contrebande

C’est finalement les cyberpoliciers qui sont parvenus à déterminer que le commerce illicite de ces mortiers s’effectuait sur les réseaux sociaux. « Deux individus proposaient à la vente de manière habituelle des mortiers sur Snapchat », explique le parquet d’Amiens. Ces deux hommes ont fait l’objet d’une étroite surveillance jusqu’au 3 décembre dernier, lorsque les policiers ont procédé à l’interpellation de l’un d’eux, âgé de 29 ans, alors qu’il circulait en voiture pour effectuer une livraison.

A bord de son véhicule, les fonctionnaires ont découvert un véritable arsenal : 100 mortiers d’artifice 8 coups, 10 gazeuses lacrymogènes, 4 matraques télescopiques et 3 poings américains. Mais la perquisition de son domicile, à Longueau, a révélé bien d’autres surprises : 36 mortiers, 18 chandelles romaines, 2 kg de cannabis, 37 g de cocaïne, du tabac et de l’alcool de contrebande, des armes de calibre 22, des brassards de police et enfin près de 4.000 euros en liquide.

Un box de stockage situé à Amiens

Le second suspect a été interpellé deux jours plus tard à son domicile d’Amiens. Et là encore, les enquêteurs ont fait de belles découvertes lors de la perquisition : des bombes lacrymogènes, des fumigènes, 300 g de cannabis de l’ecstasy et environ 1.000 euros en liquide.

Au cours de la garde à vue des deux suspects, les policiers ont reçu un renseignement qui leur a permis de découvrir un box de stockage, situé à Amiens, dans lequel 330 autres mortiers d’artifice étaient entreposés. Le parquet précise toutefois que cette découverte fait l’objet d’une nouvelle enquête.

A l’issue de sa garde à vue, le premier suspect a été placé en détention provisoire en attendant d’être jugé en comparution immédiate, ce mercredi après-midi. L’autre homme a été placé sous contrôle judiciaire et sera jugé ultérieurement.