Lille : Une info anonyme provoque la chute d’un réseau de deal du quartier de Fives

ENQUÊTE Sept personnes soupçonnées de trafic de stupéfiants seront jugées, mi-décembre, par le tribunal correctionnel de Lille. L’enquête qui a mené à leur perte a pu être ouverte grâce à un renseignement reçu par la police

Mikaël Libert
— 
L'hôtel de police de Lille (illustration).
L'hôtel de police de Lille (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Un renseignement anonyme a permis l’ouverture d’une enquête sur un trafic de stupéfiants à Lille.
  • Le réseau arrosait essentiellement le quartier de Fives mais fournissait aussi un trafiquant de Normandie.
  • Sept personnes ont été placées en détention provisoire dans l’attente de leur jugement.

Le cartel de Fives démantelé. Le 15 novembre, la brigade des stupéfiantsde Lille a interpellé plusieurs personnes soupçonnées de trafic de drogue dans ce quartier, a-t-on appris, ce lundi, auprès du parquet de Lille.

Les investigations ont été lancées à la fin de l’été, après que les services de police ont reçu un renseignement anonyme concernant un groupe d’individus se livrant à des activités suspectes dans le quartier populaire de Fives. L’enquête ouverte par la brigade des stups de Lille a permis de déterminer que ces personnes, organisées en deux équipes, tenaient un trafic d’héroïne et de cocaïne à plusieurs endroits de ce quartier avec, comme point central, la place Madeleine-Caulier.

Entre Lille Fives et la Normandie

Les surveillances mises en place, et les investigations techniques ont aussi permis aux policiers de localiser plusieurs lieux de stockage de marchandise, « dans les communes limitrophes d’Hellemmes et de Mons-en-Barœul », précise le parquet de Lille. Selon les informations recueillies auprès de nombreux clients du réseau, le chiffre d’affaires du réseau a été estimé à « 90.000 euros durant les deux mois d’enquête ».

Le 15 novembre, les enquêteurs ont lancé les interpellations de 14 personnes. Selon nos informations, 350 g d’héroïne et 100 g de cocaïne ont été saisis. L’exploitation des téléphones portables trouvés sur les suspects a révélé des répertoires de contacts laissant « penser que l’ampleur de ce trafic était bien plus importante ». L’un des suspects était d’ailleurs un trafiquant suspecté, installé dans le Calvados, et qui se serait fourni auprès de ce réseau.

Sur les 14 interpellés, 7 hommes, âgés de 20 à 52 ans, ont été placés en détention provisoire à l’issue des gardes à vue. Ils comparaîtront devant le tribunal de Lille, mi-décembre, pour des faits de détention, offre, cession, acquisition et transport non autorisés de stupéfiants.