Meeting d’Eric Zemmour : Le parquet de Bobigny ouvre une enquête pour les violences commises à Villepinte

PRESIDENTIELLE 2022 Les investigations portent sur l'agression de militants de SOS Racisme, ainsi que sur les violences commises à l'encontre du candidat

Hélène Sergent
— 
Des violences ont été commises lors du meeting d'Eric Zemmour, à l'encontre du candidat et à l'encontre de militants de SOS Racisme.
Des violences ont été commises lors du meeting d'Eric Zemmour, à l'encontre du candidat et à l'encontre de militants de SOS Racisme. — Colin BERTIER, Aurelia MOUSSLY, Laura DIAB / AFP
  • Plusieurs militants de l’association SOS Racisme ont reçu des coups après une action pacifiste menée dimanche 5 décembre pendant le meeting d’Eric Zemmour à Villepinte.
  • Le candidat à l’élection présidentielle a lui aussi été empoigné par un spectateur au début de son intervention et a déposé plainte au commissariat de Villepinte, indique son avocat à 20 Minutes.
  • Au total, le parquet de Bobigny recensait dimanche soir une soixantaine de mesures de garde à vue à l’issue du meeting. L'enquête judiciaire a été confiée à la sûreté départementale de la Seine-Saint-Denis.

Un premier meeting et une première enquête judiciaire. Organisé à Villepinte ce dimanche 5 décembre, le grand raout politique du néo-candidat à l’élection présidentielle, Eric Zemmour, a été émaillé par des actes de violence. Des faits qui ont amené le parquet de Bobigny à ouvrir une enquête, a appris 20 Minutes de sources judiciaires, confirmant une information de nos confrères de RTL. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale de Seine-Saint-Denis et une soixantaine de gardes à vue étaient recensées hier par le parquet.

Cette enquête vise à la fois les faits commis à l’encontre des militants de l’association SOS Racisme comme les faits visant Eric Zemmour. A peine arrivé dans la salle, le candidat a été empoigné par un homme immédiatement exfiltré du meeting. Interpellé, le suspect a été placé en garde à vue, indique une source proche du dossier. Selon l’avocat d’Eric Zemmour, le candidat a depuis déposé plainte au commissariat de Villepinte et 9 jours d’ITT lui auraient été prescrits.

Des plaintes attendues dans la journée

De leur côté, les militants de SOS Racisme violemment pris à partie par des militants d’Eric Zemmour entendent déposer plainte ce jour a fait savoir l’organisation à 20 Minutes. Leurs blessures devraient également être évaluées par un médecin. Installés dans le public, ces militants antiracistes ont dévoilé des tee-shirts formant l’inscription « Non au racisme » au tout début du discours du candidat.

Selon l’association, cinq personnes ont été blessées et deux ont dû être prises en charge par les pompiers. Dans un communiqué diffusé dimanche soir, SOS Racisme indiquait attendre « que les responsables politiques condamnent cette intolérable agression dans les termes les plus nets ».

Interrogés ce lundi matin à ce sujet, plusieurs responsables de droite et d’extrême droite, comme la candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse, son concurrent défait Eric Ciotti, le président LR du Sénat Gérard Larcher et le porte-parole du RN Sébastien Chenu ont qualifié de « provocation » la présence de militants de SOS Racisme au meeting d’Eric Zemmour.