Rennes : Dix ans de réclusion criminelle pour le projet d’attentat au Roazhon park

TERRORISME Le Breton radicalisé, aujourd'hui âgé de 21 ans, avait été arrêté en janvier 2018. Il envisageait alors une action meurtrière au stade de Rennes

F.B.
— 
Le stade Roazhon Park vu du ciel.
Le stade Roazhon Park vu du ciel. — Damien MEYER / AFP

L’avocat général avait demandé 12 ans de prison. Jugé depuis mardi devant la cour d’assises des mineurs de Paris, un homme de 21 ans a été condamné vendredi soir à dix ans de réclusion criminelle pour avoir projeté un attentat au Roazhon Park, l’antre du Stade Rennais. Âgé de 17 ans au moment des faits, ce Breton né à Morlaix, avait été interpellé le 16 janvier 2018 au domicile de sa mère, à Rennes.

Repéré par les services de renseignement en raison de son activité soutenue sur les réseaux sociaux et de ses échanges avec des individus appartenant à la mouvance djihadiste, l’accusé avait également fait part de ses velléités de départ en Syrie, promettant de commettre une action violente s’il ne parvenait pas à rejoindre le pays.

Un autre jeune homme condamné

Lors des perquisitions, les enquêteurs avaient mis la main sur un plan dessiné à la main, avec l’emplacement du stade Roazhon Park ainsi que d’un bar et d’un supermarché situés à proximité. Une liste d’armes, un scénario macabre ainsi que le nombre de victimes potentielles avaient également été notés sur un bout de papier.

La cour d’assises l’a jugé coupable d’association de malfaiteurs à caractère terroriste. Un autre homme, lui aussi âgé de 21 ans mais originaire de Normandie, a également été condamné à six ans de prison ferme, par la cour d’assises des mineurs de Paris, en raison de la préparation d’un attentat terroriste. Les deux accusés se connaissaient.