Marseille : Jusqu'à dix ans de prison contre les organisateurs d'un règlement de comptes déjoué

TRAFIC DE STUPEFIANTS Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné de cinq à dix ans de prison quatre hommes accusés d’avoir organisé un règlement de comptes stoppé in extremis

20 Minutes avec AFP
— 
Des policiers sur le lieu d'un règlement de comptes le 24 avril 2014 à Marseille
Des policiers sur le lieu d'un règlement de comptes le 24 avril 2014 à Marseille — Franck Pennant AFP

Ils avaient été stoppés in extremis par l'intervention de policiers ​le 4 juillet 2019, dans une résidence des quartiers Est de Marseille. Ce jeudi, le tribunal correctionnel de Marseille a condamné quatre hommes reconnus coupables d’association de malfaiteurs pour avoir tenté d’orchestrer un règlement de comptes.

Les prévenus avaient été arrêtés dans leur dessein par les fonctionnaires d’une brigade anticriminalité, alertés par un de leurs collègues hors service. Les forces de l’ordre avaient alors interpellé trois hommes à côté d’une moto et d’un scooter maquillés, ainsi que d’un véhicule utilitaire contentant deux kalachnikovs chargées. Un quatrième homme était parvenu à s’enfuir.

« Il faut les fumer »

Dissimulé dans un buisson, un policier avait entendu l’un des suspects lancer : « Ça, c’est une bonne équipe, il faut les fumer ». Interpellé sur ce « point relais », Diego Cortes, 40 ans, qui contestait être arrivé au volant de l’utilitaire avait assuré se trouver là pour récupérer une moto. Il a été condamné à dix ans de prison avec une mesure de sûreté aux deux tiers.

L’ADN retrouvé sur une cagoule perdue par le fuyard dans sa course avait permis de désigner Scander Bouzidi, condamné à la même peine. Ce dernier a trouvé refuge en Tunisie et a été jugé en son absence.