Marseille : L’ancien député et chroniqueur Karim Zéribi condamné en appel à trois ans de prison avec sursis

ABUS DE BIEN SOCIAUX L’ancienne Grande Gueule sur RMC était jugée en appel pour des soupçons de détournement de subventions versées à des associations à des fins politiques

20 Minutes avec AFP
— 
L'ancien élu écologiste Karim Zéribi. (archives)
L'ancien élu écologiste Karim Zéribi. (archives) — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Ce mercredi, l’ancien député ​européen EELV et ex-conseiller municipal de Marseille Karim Zéribi a été condamné par la cour d’appel d'Aix-en-Provence à trois ans de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende pour abus de confiance et abus de bien sociaux, une peine plus sévère qu’en première instance.

La cour a également prononcé une privation des droits civils et civiques, dont son éligibilité pour une durée de cinq ans, ainsi qu’une interdiction de gérer pour la même durée. Elle a aussi ordonné la confiscation en valeur de son domicile marseillais à concurrence de 109.000 euros.

Détournement de subventions

Directeur de l’engagement sociétal et de la transition écologique de la SNCF, celui qui est aussi chroniqueur à la télévision est reconnu coupable d’avoir détourné à son profit politique des subventions versées par des collectivités territoriales à deux associations qu’il avait créées en 2001, et dont il avait ensuite abandonné la présidence.

« Agir pour la citoyenneté », développée pour permettre l’organisation d’un « parlement des banlieues », et « Agir pour la compétence-recrutement », sorte de cabinet de recrutement pour les jeunes de quartiers défavorisés, avaient perçu, entre 2007 et 2009, plus de 100.000 euros des régions Paca et d’Ile-de-France, mais aussi du département des Bouches-du-Rhône et d’autres autorités publiques.