Meaux : Prison avec sursis requise pour le suspect de l’agression du maire de Chalifert

VIOLENCES Après avoir été frappé, l’élu s’était vu prescrire dix jours d’ITT pour une côte fracturée

20 Minutes avec agence
— 
Le mis en cause comparaissait pour des faits remontant à l'été 2020.
Le mis en cause comparaissait pour des faits remontant à l'été 2020. — GILE Michel/SIPA

L’habitant et agresseur présumé du maire de Chalifert (Seine-et-Marne) durant l’été 2020 a pu prendre la parole, pour la première fois devant le tribunal de Meaux ce lundi. Trois mois de prison avec sursis, une amende de 1.500 euros et une éventuelle peine d’inéligibilité ont été requis contre lui, rapporte La Marne. Le délibéré sera rendu le 17 décembre prochain.

Un conflit entre voisins pour des questions de stationnement serait à l’origine de cette altercation. Après des mains courantes déposées à la gendarmerie et des courriers envoyés au préfet, le mis en cause avait fait installer des blocs de pierre devant chez lui. La mairie avait porté plainte et lui avait adressé une mise en demeure.

Dix jours d’ITT après des coups au thorax et au visage

Croisant le maire quelques jours plus tard, l’habitant aurait frappé l’élu au visage et au thorax, lui occasionnant une ITT de dix jours pour une côte cassée. Un conseiller municipal aurait été également agressé en voulant s’interposer. Le mis en cause a accusé les deux élus d’avoir été violents.

Le procureur de la République a cependant requis leur relaxe. Une partie de l’altercation avait été filmée par un témoin. Les images mises en ligne sur les réseaux sociaux avaient été partagées et commentées.