Marseille : Caleçonnage et insultes, deux marins-pompiers condamnés à six mois de prison avec sursis pour avoir harcelé une jeune recrue

HARCELEMENT La jeune recrue victime de harcèlement a depuis quitté le bataillon des marins-pompiers de Marseille

20 Minutes avec AFP
— 
Le tribunal de Marseille
Le tribunal de Marseille — Alexandre Vella / 20 Minutes

Insultes, brimades, arrachage brutal de caleçon : deux marins-pompiers de Marseille ont été condamnés lundi à six mois de prison avec sursis pour le harcèlement moral d'une jeune recrue.

Les deux prévenus, en uniforme à l’audience, avaient réclamé leur relaxe « en l’absence du moindre élément de preuve », selon Romain Allongue, l’un de leurs avocats. Mais le tribunal a considéré dans son jugement que « les débats et éléments versés au dossier » apportent bien « la démonstration parfaite du délit de harcèlement ».

Tentative de suicide et hospitalisations psychiatriques

Constatant que les deux hommes n’ont pas « formulé la moindre excuse (…) ni même envisagé que leur comportement ait pu être perçu comme du harcèlement », il indique avoir toutefois pris en compte « le dévouement de ces personnels d’élite pour accomplir des missions délicates » et « la date des faits (2015), l’évolution des mentalités, des pratiques et traditions », pour « modérer considérablement la rigueur des sanctions ».

Le harcèlement subi avait poussé la jeune recrue à une tentative de suicide et à deux hospitalisations psychiatriques. Affecté en juin 2015 à la caserne Saint-Lazare, dans le centre de Marseille, le plaignant qui a depuis quitté le bataillon des marins-pompiers affirme avoir été rapidement pris en grippe et insulté quasi quotidiennement :

Le jeune homme assure avoir également fait l’objet de petites claques répétées sur la nuque et d’un « caleçonnage », un bizutage consistant à arracher le caleçon du marin sans lui retirer son pantalon. Une pratique douloureuse pour les testicules, avait noté la présidente du tribunal Karine Sabourin.