Cannes : Trois personnes interpellées dans l’entourage de l’agresseur du policier

ATTAQUE L’enquête sur l’agression du policier à Cannes lundi matin à l’arme blanche se poursuit

M.F avec AFP
— 
Après l'agression d'un policier à Cannes, trois personnes interpellées.
Après l'agression d'un policier à Cannes, trois personnes interpellées. — NICOLAS TUCAT / AFP

Selon une source proche du dossier, trois personnes ont été interpellées ce mardi à Cannes dans le cadre de l’enquête sur l’agression d’un policier lundi matin. Les individus font partie de l’entourage de l’homme qui a attaqué au couteau un équipage de police devant le commissariat de Cannes.

« Il s’agit de proches, l’une des personnes travaillait pour lui et une autre l’a logé », a indiqué une source policière, précisant que l’assaillant possédait « une petite entreprise de maçonnerie ». « Nous essayons de comprendre les motivations de l’auteur des faits », a précisé cette source policière, confirmant une information de France Bleu Azur.

Le pronostic vital de l’agresseur n’est plus engagé

Lundi à 6h30, un ressortissant algérien âgé de 37 ans a frappé au couteau deux des quatre policiers présents à bord d’un véhicule de police. Ils n’ont pas été blessés, protégés par leurs gilets pare-balles. L’attaque s’est déroulée sur un parking du commissariat de Cannes. L’équipage s’apprêtait à partir en patrouille lorsqu’il a été attaqué par l’homme, selon les premiers éléments de l’enquête. Un premier policier a été frappé à plusieurs reprises avec l’arme. Contournant le véhicule, l’assaillant s’en est ensuite pris à une autre policière en lui portant également plusieurs coups de couteau.

Selon le parquet de Grasse qui a ouvert une enquête pour tentative d’assassinat, l’agresseur a été finalement « neutralisé » par un troisième policier qui a fait feu. Un quatrième policier se trouvant dans l’habitacle a tiré quant à lui à travers la vitre du véhicule. « Atteint à deux reprises », l’agresseur a été transporté au centre hospitalier de Nice et pris en charge par une équipe chirurgicale. Son pronostic vital n’était plus engagé lundi soir, avait indiqué le parquet de Grasse qui est chargé de l’enquête. Le parquet national antiterroriste ne s’est pas saisi mais a un rôle d’observateur à ce stade.