Cannes : Enquête ouverte pour « tentative d’assassinat » après l’attaque au couteau

VIOLENCE Le parquet n’a pour l’instant pas confirmé la piste terroriste car la perquisition au domicile de l’agresseur n’a « mis en exergue aucun élément de radicalisation »

20 Minutes avec AFP
— 
La police scientifique sur les lieux de l'attaque au couteau contre des policiers, à Cannes le 8 novembre 2021
La police scientifique sur les lieux de l'attaque au couteau contre des policiers, à Cannes le 8 novembre 2021 — AFP

La justice avance après l’agression au couteau d’un équipage de police, à Cannes, par un Algérien de 37 ans « inconnu des services de renseignement ». « Confiée à l’antenne de Nice de la police judiciaire de Marseille », une enquête a été ouverte pour « tentative d’assassinat sur fonctionnaires de police nationale », a indiqué lundi soir le parquet de Grasse.

« Le Parquet national antiterroriste s’est déplacé sur les lieux et évalue l’opportunité de sa saisine. En l’état, le parquet de Grasse demeure compétent », a expliqué le parquet. Si « les premières investigations laissent apparaître, qu’une fois immobilisé au sol et interrogé par un policier sur le motif de son acte, l’assaillant aurait répondu : "pour le prophète" », comme l’a précisé le parquet, la piste terroriste n’est par contre pas confirmée. Selon la justice, la perquisition réalisée au domicile de l’agresseur n’a en effet « mis en exergue aucun élément de radicalisation ou d’adhésion à une organisation djihadiste ».

Des policiers sous le choc

Lundi à 06h35, sur le parking du commissariat de Cannes, un équipage de police qui s’apprêtait à partir en patrouille a été attaqué par un homme de 37 ans de nationalité algérienne, armé d’un couteau. Un premier policier a été frappé à plusieurs reprises avec l’arme. Contournant le véhicule, l’assaillant s’en est ensuite pris à un deuxième policier en lui portant également plusieurs coups de couteau. Protégés par leurs gilets pare-balles, les deux policiers n’ont pas été blessés, mais demeurent choqués par la violence des coups reçus, a ajouté le parquet.

Toujours selon la même source, l’agresseur a été finalement « neutralisé » par un troisième policier qui a fait feu. Un quatrième policier se trouvant dans l’habitacle a tiré quant à lui à travers la vitre du véhicule. « Atteint à deux reprises », l’agresseur a été transporté au centre hospitalier de Nice où il est actuellement pris en charge par une équipe chirurgicale. Son pronostic vital n’était plus engagé lundi soir. Il sera entendu dès que son état le permettra.