Tourcoing : Deux infirmiers libéraux soupçonnés d’avoir escroqué 680.000 euros à la CPAM

PROCES Deux hommes, infirmiers libéraux à Tourcoing, seront jugés en février prochain pour des soupçons d’escroquerie au préjudice de l’Assurance maladie. Le montant total des sommes indûment perçues s’élève à plus d’un demi-million d’euros

Mikaël Libert
— 
Les mis en causes facturaient notamment des soins sans les réaliser (illustration).
Les mis en causes facturaient notamment des soins sans les réaliser (illustration). — A.Gelebart / 20 Minutes

Début février 2022, deux infirmiers libéraux comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Lille pour des faits d’escroquerie. Ils sont soupçonnés d’avoir perçu indûment, par divers moyens, plus d’un demi-million d’euros au préjudice de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Roubaix-Tourcoing, a-t-on appris de source judiciaire confirmant une information du site Actu 17.

Si l’enquête n’a été ouverte qu’en avril dernier, les faits reprochés à ces deux hommes remontent aux années 2017 à 2019. Pendant ces deux ans, les infirmiers libéraux, travaillant sur la commune de Tourcoing, ont encaissé frauduleusement 680.000 euros auprès de la CPAM. L’enquête a notamment révélé qu’ils facturaient des déplacements qu’ils ne réalisaient pas ou encore des actes non prescrits par un médecin.

Des montants de facturation largement au-dessus de la moyenne

C’est la CPAM qui avait d’ailleurs permis de mettre en lumière le manège de ces infirmiers. Trop gourmands, ils avaient été repérés parce que la moyenne de leurs facturations dépassait largement les moyennes de facturations habituellement observées dans la région. Victime dans ce dossier, la CPAM de Roubaix-Tourcoing a déposé une plainte.

Après de longues investigations, les deux infirmiers ont été interpellés et placés en garde à vue mi-octobre. A l’issue de leurs auditions, ils ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer leur profession, a précisé à 20 Minutes le parquet de Lille. Ils seront jugés le 3 février 2022 pour des faits d’escroquerie.