Bastia : Prison ferme requise contre des supporters retrouvés avec des boules de pétanque explosives

TU TIRES OU TU POINTES Jusqu’à deux ans de prison ferme ont été requis contre quatre supporters bastiais impliqués dans l’affaire dite des boules de pétanque explosives

20 Minutes avec AFP
Illustration de boules de pétanque
Illustration de boules de pétanque — dany003 / Pixabay

Ils avaient été arrêtés en 2016 en possession de boules de pétanque explosive, en pleine manifestation à Bastia en soutien à l’un de leurs blessés lors d’un match à Reims. Ce mardi, jusqu’à deux ans de prison ferme ont été requis contre quatre supporters ​bastiais.

Maxime Beux, ce supporteur éborgné lors d’échauffourées en marge du match entre le Stade de Reims et le SC Bastia, faisait partie des quatre prévenus devant le tribunal correctionnel de Bastia. Poursuivi pour refus de prélèvement d’ADN, il a vu le procureur de la République de Bastia requérir à son encontre une peine de 600 euros d’amende dont 300 avec sursis.

Délibéré le 7 décembre

Lors d’une manifestation en son soutien, les policiers avaient découvert des engins explosifs entreposés dans trois sacs à proximité de la préfecture de Haute-Corse. Dans ces sacs, dix boules de pétanque remplies de poudre de chasse et équipées de mèches de mise à feu, deux pains de 500 grammes de nitram 9, un explosif industriel, et des détonateurs.

Contre les deux supporteurs dont l’ADN avait été retrouvé sur ces sacs ainsi que sur des vêtements et objets « pouvant servir lors de violences urbaines », Arnaud Viornery a requis deux ans de prison ferme ainsi que 600 euros d’amende pour refus de prélèvement d’ADN.

Contre le quatrième prévenu, poursuivi pour association de malfaiteurs et refus de prélèvement ADN, il a demandé 10 mois de prison aménageables en détention à domicile avec bracelet électronique et 600 euros d’amende. L’affaire a été mise en délibéré au 7 décembre.