Mulhouse : Trop vétuste, la vieille prison du XIXe siècle va fermer définitivement ses portes

MONDE CARCERAL Quatre mois après la fermeture de la prison de Colmar, qui était encore plus vieille, la vétuste prison de Mulhouse s’apprête à fermer définitivement ses portes

G.V. avec AFP
— 
La prison de Mulhouse le 22 octobre 2021
La prison de Mulhouse le 22 octobre 2021 — Frederick FLORIN / AFP

Une page de l’histoire carcérale se tourne à Mulhouse (Haut-Rhin). Dans un pays souvent pointé du doigt pour la vétusté de ses prisons et sa surpopulation carcérale, la vétuste prison du 19e siècle, avec ses lourdes portes de bois d’un autre temps, fermera définitivement d’ici quelques jours. Avec satisfaction pour les détenus, mais aussi un pincement au cœur pour le personnel pénitentiaire. « L’établissement est vraiment à bout de souffle », reconnaît Patrice Bourdaret, le chef d’établissement de cette maison d’arrêt construite en 1865.

Les 350 détenus, condamnés ou en attente de jugement, vont être transférés vers le centre pénitentiaire flambant neuf de Lutterbach, à peine dix kilomètres de là. Pour des raisons de sécurité, la date du transfert est tue. Mais le 10 novembre marquera la fermeture officielle, a indiqué Hubert Moreau directeur interrégional des services pénitentiaires du Grand Est.

Jusqu’à plus de 400 détenus

Quatre mois après la fermeture de la prison de Colmar, qui était encore plus vieille, « on ne pouvait pas continuer d’accueillir des personnes détenues dans de telles conditions et imposer des conditions de travail aussi dégradées au personnel », a souligné Hubert Moreau. Le bâtiment qui a accueilli jusqu’à plus de 400 détenus, soit un taux d’occupation de 170 % ne sera donc vide que dans deux semaines, malgré l’impatience des prisonniers. Dans le nouvel établissement pénitentiaire, « C’est neuf, c’est plus confortable et il y aura une douche en cellule et de l’eau chaude », se réjouit un détenu, dont la cellule de 9 m2 ne compte que des toilettes, un petit lavabo et de l’eau froide.

L’histoire de la prison de Mulhouse a, elle, été marquée par une violente mutinerie en 1992 et la crise sanitaire, quand la ville était au cœur des débuts de l’épidémie de Covid-19. L’avenir du bâtiment, à quelques pas du centre-ville historique, n’a pas encore été décidé.