Rennes : Huit à quinze ans de prison pour les cinq hommes qui avaient battu à mort Dorian Guémené

MEURTRE Le barman de 24 ans avait été roué de coups à la sortie de la discothèque L'Espace en juillet 2018

Camille Allain
— 
Agé de 24 ans, Dorian Guémené était serveur dans un pub du centre-ville de Rennes.
Agé de 24 ans, Dorian Guémené était serveur dans un pub du centre-ville de Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Les cinq hommes accusés d’avoir battu à mort Dorian Guémené un soir de juillet 2018 à la sortie d’une discothèque de Rennes ont été reconnus coupables de meurtre.
  • Des peines de prison allant de huit à quinze ans ont été prononcées à l’encontre de ces cinq hommes peu ou pas connus de la justice.
  • Un homme, qui n’était pas jugé pour le meurtre du jeune barman de 24 ans, a été relaxé par la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine.

Les réponses tant espérées n’ont pas été données par les six hommes accusés d'avoir frappé à mort Dorian Guémené. Mais la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine a tranché. Ce vendredi, cinq des six hommes qui siégeaient sur le banc des accusés depuis douze jours ont été condamnés à de lourdes peines de prison pour meurtre. Seul un a été relaxé.

Sacha Réthoré a été le plus lourdement sanctionné avec une peine de quinze ans de prison, précise Ouest-France. Déjà impliqué dans une bagarre par le passé, le jeune homme était revenu le tee-shirt taché de sang du boulevard de la Tour-d'Auvergne où le corps inanimé de Dorian avait été retrouvé un matin de juillet 2018. « Sacha était livide. A l’angle de la rue, il m’a dit : je crois qu’il est mort. J’ai passé ma tête furtivement et j’ai vu le corps », avait déclaré Thomas Goldschild pour se dédouaner. Insuffisant pour convaincre les jurés, qui l’ont condamné à dix ans de prison et reconnu coupable de meurtre.

« On ne peut pas tuer quelqu’un comme ça »

Pendant les deux semaines d’audience, les six hommes impliqués dans la bagarre n’ont cessé de se renvoyer la culpabilité. Tous accablaient Sacha Réthoré, même si son frère l’avait un peu ménagé. Ce soir-là, les deux frères avaient passé la soirée au sein de la discothèque L’Espace avec leur père et deux amis. Une petite altercation avait éclaté à l’intérieur du fumoir puis au bar. A la fermeture de l’établissement, les quatre amis avaient aperçu Dorian Guémené et son ami Kévin en train de se battre avec deux étudiants et s’étaient mêlés à la bagarre. Seul un homme, qui a été relaxé, s’était tenu en retrait.

Les parents de Dorian Guémené espèrent que le procès leur apportera des réponses.
Les parents de Dorian Guémené espèrent que le procès leur apportera des réponses. - J. Gicquel / 20 Minutes

Stanislas Réthoré, qui avait juré ne pas avoir donné un coup à Dorian mais uniquement à son ami Kévin, a été condamné à une peine de huit ans de prison. Les deux étudiants impliqués dans la bagarre ont également été lourdement condamnés. Alexis Pesneau a écopé de 13 ans de prison, son ami Guillaume Clavreul de dix ans de prison. Les conclusions des médecins légistes avaient été claires. Ce sont bien l’ensemble des coups portés à Dorian Guémené qui avaient conduit à sa mort.

« Il faut qu’ils paient maintenant »

Après le drame, l’ensemble des protagonistes avaient pris la fuite en deux directions. Certains d’entre eux, qui avaient pour connaissance commune une serveuse de la discothèque, étaient au courant le soir même que la victime avait été retrouvée inanimée. Au domicile des Réthoré, à Châteaugiron, ils avaient mis au point une défense commune, qui n’a pas tenu longtemps face aux enquêteurs. Les deux étudiants avaient eux été interpellés deux mois après la mort de Dorian. « On ne peut pas tuer quelqu’un comme ça, ce n’est pas possible. Il n’y a aucune raison de faire ça. Il faut savoir qui a porté le dernier coup devant l’Espace. Je demande qu’ils assument leurs actes », avait réclamé Kévin, meilleur ami de Dorian qui avait subi de nombreux coups ce soir-là.

Les parents du jeune barman qui officiait alors au Kenland espéraient aussi obtenir des vérités de la bouche des accusés. Ils n’auront obtenu que quelques excuses confuses de la part de certains. Mais pas la vérité qu’ils espéraient. « Ils ont fait un acte abominable et il faut qu’ils paient maintenant », avait réclamé la mère de Dorian.