Bouches-du-Rhône : Le parc « Rocher Mistral » de retour au tribunal pour des défauts de permis de construire

LA VIE DE CHÂTEAU Après avoir débouté il y a dix jours des voisins du parc provençal « Rocher Mistral », le tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence se penche ce mardi sur des défauts de permis de construire

Alexandre Vella
— 
Le château de La Barben, parc à thème « Rocher Mistral » est situé à 20 minutes d'Aix
Le château de La Barben, parc à thème « Rocher Mistral » est situé à 20 minutes d'Aix — Alexandre Vella / 20 Minutes
  • France nature environnement a déposé un référé concernant deux aménagements extérieurs réalisés sans permis de construire.
  • « Nous demandons que le site soit remis en état », a indiqué leur avocat.
  • D’autres procédures, concernant la rénovation du château de La Barben, classé monument historique, sont en cours.

Un peu plus trois mois après son inauguration, le parc à thème « Rocher Mistral », établi dans le château de La Barben, à une vingtaine de kilomètres d' Aix-en-Provence, enchaîne les audiences. Il y a deux semaines, le tribunal judiciaire d’Aix déboutait des riverains de leur référé pour nuisances sonores. Ce mardi, ce même tribunal examine un recours déposé en référé par France Nature Environnement (FNE) concernant deux aménagements réalisés sans permis de construire : un parking et un « marché provençal », situés en zone inondable et risque incendie. Prévue en juillet, l’audience avait été reportée à la demande de la défense.

Deux aménagements essentiels pour la viabilité du site, selon le Rocher Mistral

« Déjà, reporter un référé [procédure judiciaire d’urgence] de deux mois, lui enlève un peu de sa substance », regrette Stéphane Coppey, président de FNE 13. Il espère que la justice ordonne la remise en état du site. « C’est ce que nous demanderons », assure Me Victoria, l’avocat de FNE qui n’exclut pas un « nouveau report ». Pour ces deux constructions, les sol, autrefois prairies, ont été stabilisés, et des cahutes démontables composent le marché.

Le Rocher Mistral, pour qui ces deux aménagements sont essentiels pour la viabilité du site sur lequel 20 millions d’euros – dont 6 millions de subventions publiques - ont été investis, expliquait-il à 20 Minutes, ne souhaite pas à cette heure faire de commentaire. Deux demandes de permis de construire avaient pourtant bien été déposées. Mais elles ont été éconduites par la mairie de La Barben, village de 900 habitants.

« Il y a des règles d’urbanisme qui s’appliquent, c’est tout »

« Ce projet, comme n’importe quel autre est soumis aux règlements », avance Franck Santos, le maire. « A La Barben, il n’y a pas de plan local d’urbanisme, c’est le règlement national qui s’impose. Et ces demandes de permis, soumis à la préfecture, ont fait l’objet d’un avis défavorable », poursuit-il. Un refus qui avait fait dire à la communication du parc que celui-ci subissait une « opposition du maire ». « Je ne leur mets de bâton dans les roues, il y a des règles d’urbanisme qui s’appliquent, c’est tout. Je n’ai par ailleurs pas de problème à ce qu’il y ait de l’activité sur la commune, comme le fait, par exemple, le zoo depuis quarante ans », se défend Franck Santos, qui ne s’est pas rendu à l’inauguration, ne cautionnant « pas ce qui n’est pas fait dans les normes ».

Une fois cette audience passée, le « Rocher Mistral » pourrait ne pas en avoir fini avec la justice. « Des procédures sur la rénovation du château, qui est un monument historique, sont en cours », assure Me Victoria. Le monument, dont les premières pierres datent du XIe siècle et dont certaines parties étaient en mauvais état, a subi de lourds travaux pour permettre l’accueil du public et la tenue des spectacles.