Besançon : Un « gilet jaune » condamné pour avoir déchiré le portrait d'Emmanuel Macron ?

AMENDE Il pourrait s'aquitter de la somme de 400 euros. C'est en tout cas la peine qui a été requise contre lui

Thibaut Gagnepain
— 
Des portraits d'Emmanuel Macron exhibés pendant une manifestation (illustration).
Des portraits d'Emmanuel Macron exhibés pendant une manifestation (illustration). — GEAI LAURENCE/SIPA

Son geste avait beaucoup fait parler. Le 2 août dernier, en marge d’une manifestation contre le pass sanitaire, Stéphane Espic avait pénétré avec d’autres militants dans la mairie de Besançon. Puis le « gilet jaune » avait remplacé le portrait d'Emmanuel Macron par un QR code représentant un doigt d’honneur avant de déchirer la photographie du président de la République.

Plus de trois mois après les faits, il comparaissait devant le tribunal de Besançon jeudi. « Pour 9,90 euros, je pense que la mairie peut supporter cet acte. Je pense qu’avant de s’indigner pour un bout de papier, il faudrait s’indigner sur le traitement des manifestants en France », s’est-il défendu à la barre, selon L'Est Républicain.

La procureure de la République a requis une amende de 400 euros contre lui. La décision sera rendue le 12 novembre.