Alpes-de-Haute-Provence : L’élection municipale de Digne-les-Bains définitivement annulée par le Conseil d’Etat

IRREGULARITES Dans un second tour à cinq listes, l’élection s’était jouée à trois voix près dans la ville préfecture des Alpes-de-Haute-Provence

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration: Elections municipales.
Illustration: Elections municipales. — GILE MICHEL/SIPA

Rarement scrutin a été aussi serré. L'élection municipale de Digne-les-Bains, 16.000 habitants, qui s’était jouée à trois voix d’écart en juin 2020, a été définitivement annulée mercredi par le Conseil d’Etat, qui a confirmé le jugement du tribunal administratif de Marseille, a annoncé jeudi la Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence.

Les élus du conseil municipal en place vont être remplacés dès vendredi par une délégation spéciale de trois membres, délégation constituée par la Préfète du département. Cette délégation aura notamment pour travail d’organiser une nouvelle élection municipale et d’en fixer les dates des premier et second tours.

Quatorze votes suspects

Le 28 juin 2020, le second tour de  l'élection municipale de Digne-les-Bains s’était jouée entre cinq listes et dans un mouchoir de poche : la candidate divers gauche et maire sortante Patricia Granet (1.699 voix) avait obtenu 32,49 % des suffrages exprimés, son adversaire divers droite Gilles Chalvet 32,43 % (1.696 voix). L’abstention avait atteint 50,44 %.

Gilles Chalvet avait saisi la justice, affirmant notamment qu’un certain nombre de signatures présentaient des différences sur les listes d’émargement entre les premier et second tours. Après enquête, le tribunal administratif de Marseille avait estimé que 14 votes présentaient des « irrégularités » et devaient « être regardés comme ayant altéré la sincérité du scrutin ».