Strasbourg : Un organiste de la cathédrale condamné pour harcèlement sexuel et licencié

DOUBLE PEINE Il faisait partie des trois cotitulaires depuis 1995 du grand orgue de la prestigieuse cathédrale

T.G. avec AFP
— 
Un organiste (illustration).
Un organiste (illustration). — Wikicommons
  • Un organiste de la cathédrale de Strasbourg vient d’être condamné à six mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel sur une mineure. Ces faits ont eu lieu en dehors du cadre de l’Eglise.
  • L’homme, âgé de 58 ans, a aussi été licencié de son poste.
  • Ce n’est pas la première fois que cet organiste chevronné est condamné…

Condamné le 11 octobre, licencié dans la foulée. C’est le sort que vient de vivre un organiste de la cathédrale de Strasbourg après avoir écopé de six mois de prison pour harcèlement sexuel sur l’une de ses élèves mineures. Ces faits avaient été commis en dehors du cadre de l’Église.

Cet homme de 58 ans, l’un des trois cotitulaires depuis 1995 du grand orgue de la prestigieuse cathédrale strasbourgeoise, s’est vu signifier « par courrier » son renvoi par l’archevêché, selon un porte-parole de l’institution. Il avait auparavant fait l’objet d’une « mise à pied », a-t-il ajouté.

Pas sa première condamnation

Cet organiste chevronné, qui donnait par ailleurs des concerts et des cours dans des institutions locales, a été condamné pour avoir envoyé plusieurs messages à connotation sexuelle à l’une de ses élèves lorsqu’elle était âgée de 13 à 15 ans. Le tribunal a également décidé de son inscription au fichier des auteurs d’infractions sexuelles mais lui a laissé la possibilité de continuer à enseigner à des mineurs, d’après Les Dernières nouvelles d'Alsace.

Selon une source proche du dossier, il avait déjà été condamné en 1999 à quinze mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur mineure. En 2019, une plainte avait également été déposée contre lui à Mulhouse (Haut-Rhin) par une autre femme pour des allégations d’attouchements subis lorsqu’elle était mineure, selon cette même source, confirmant des informations des DNA. La victime présumée avait été reçue par l’archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel.