Bonneville : Deux mois de détention à domicile pour avoir menacé de mort des employés de la CPAM

PROCES Le mis en cause de 57 ans avait reconnu les faits et regretté de les avoir commis

20 Minutes avec agence
— 
Il s'agit de la deuxième condamnation du mis en cause pour des faits de cette nature.
Il s'agit de la deuxième condamnation du mis en cause pour des faits de cette nature. — SICCOLI PATRICK/SIPA

Le tribunal correctionnel de Bonneville (Haute-Savoie) a reconnu ce lundi un homme coupable de « menace de mort ou d’atteinte aux biens dangereuse pour les personnes à l’encontre d’un chargé de mission de service public en récidive », rapporte Le Dauphiné Libéré. Le mis en cause a été condamné à deux mois de prison avec détention à domicile sous surveillance électronique.

Alors qu'il cherchait à régulariser sa situation auprès de la CPAM de Cluses (Haute-Savoie), l'assuré avait menacé de mort plusieurs agents par téléphone entre le 2 et le 4 février 2021. L'homme de 57 ans n'avait pas contesté les faits lors de son audition par les gendarmes. Il avait aussi regretté ses propos.

Des « menaces réitérées de mort parfaitement établies »

Le mis en cause avait déjà été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal de Thonon (Haute-Savoie) en décembre 2020 pour des faits similaires. La procureure a jugé son récent discours « extrêmement virulent et les menaces réitérées de mort parfaitement établies ».

Absent à l'audience parce qu'il passait un permis dans le cadre d'une formation, le quinquagénaire ne peut plus travailler suite à un AVC, a indiqué son avocate. « Par moments, il débloque un peu », a-t-elle expliqué, et se serait emporté par peur de ne pas toucher ses allocations et de se retrouver à la rue.