Rennes : Des dockers jugés pour un vaste trafic de cocaïne au port de Montoir-de-Bretagne

DROGUE Pas moins de 336 kg de cocaïne ont été saisis entre 2017 et 2020, près de Saint-Nazaire

20 Minutes avec AFP
— 
Une fois conditionnée, la drogue était cachée dans des sacs de sport (illustration).
Une fois conditionnée, la drogue était cachée dans des sacs de sport (illustration). — Armando Franca/AP/SIPA
  • Une dizaine de prévenus, dont plusieurs dockers, sont jugés depuis ce lundi à Rennes, pour un vaste trafic de cocaïne.
  • La drogue était acheminée par bateau à destination de Montoir-de-Bretagne près de Saint-Nazaire.
  • Plus de 330 kg de cocaïne ont été saisis entre juin 2017 et avril 2020.

La drogue arrivait par bateau depuis les Antilles, bien planquée dans des sacs de sport. Une dizaine de prévenus, dont quatre dockers, comparaissent depuis ce lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes, pour un vaste trafic de cocaïne démantelé à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). Parmi les prévenus, âgés de 32 à 56 ans, certains ont déjà été condamnés pour des faits de blanchiment ou de trafic de produits stupéfiants, tandis qu’un individu de 41 ans est en fuite. L’enquête avait commencé en mai 2017 après la saisie, dans le port de Santos, au Brésil, de 690 kg de cocaïne dans un conteneur frigorifique à destination de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire. Une information judiciaire avait été ouverte en novembre 2017.

Selon les enquêteurs, la marchandise était importée par la technique du « rip-off », qui consiste à introduire des pains de cocaïne dans des sacs de sport chargés dans un conteneur régulier. Les importations étaient faites à l’insu de sociétés ayant pignon sur rue ou avec la complicité de sociétés créées pour l’occasion, selon le parquet de Rennes. Les dockers récupéraient la cocaïne à son arrivée à Montoir, en replaçant un plomb contrefait sur le conteneur qui avait été ouvert. Les marchandises illicites échappaient ainsi au ciblage traditionnel des services douaniers et étaient remises à des intermédiaires près du port.

La drogue, très pure, était destinée à la région parisienne

Au total, 336 kg de cocaïne ont été saisis au port de Montoir-de-Bretagne, entre juin 2017 et avril 2020, dans le cadre de quatre importations impliquant des dockers, représentant une valeur de plus de 16 millions d’euros à la revente, selon le parquet. La cocaïne, en provenance d’Amérique latine, transitait par la Guadeloupe et la Martinique, et était destinée à la région parisienne.

Deux dockers avaient été interpellés en flagrant délit en octobre 2019, alors qu’ils remettaient 140 kg de cocaïne, avec un fort taux de pureté, à des intermédiaires. Un importateur, âgé de 53 ans, a déjà été condamné à la peine de quatorze années d’emprisonnement en Angleterre pour des faits similaires. Les prévenus encourent une peine de dix ans d’emprisonnement, doublée en cas de récidive légale, outre de fortes peines d’amendes délictuelles et douanières. Le procès est prévu pour durer toute la semaine.