Rouen : Révoqués pour des propos racistes, deux policiers réclament leur réintégration

PROCÉDURE Un fonctionnaire noir avait été pris pour cible et insulté sur la messagerie WhatsApp

20 Minutes avec Agences
— 
Le tribunal correctionnel doit rendre sa décision le 5 novembre au sujet des policiers.
Le tribunal correctionnel doit rendre sa décision le 5 novembre au sujet des policiers. — SYSPEO/SIPA

Le rapporteur public du tribunal administratif de Rouen ( Seine-Maritime) a demandé mardi l’annulation de la révocation d’un policier et la confirmation de celle d’un autre, dans une affaire de propos racistes visant un ex-collègue noir. Le tribunal rendra sa décision « sous quinzaine », a précisé son président Jérôme Berthet-Fouqué.

Les propos visés ont été tenus sur la messagerie WhatsApp où la victime, qui a porté plainte fin 2019, a notamment été traitée de « nègre » faisant « n’importe quoi parce que c’est un noir ».

« Il a indiqué ne pas lire tous les messages écrits »

Mardi, le rapporteur public Thomas Bertoncini a préconisé « l’annulation » de la révocation d’un des policiers. « Il y a une difficulté sur le caractère proportionné de la sanction. Il est celui qui a le moins participé aux échanges. Il est qualifié comme étant le plus discret par l’enquête administrative », a justifié Thomas Bertoncini.

« Il a indiqué ne pas lire tous les messages écrits. Il n’y a que cinq messages tenus qui lui sont reprochés, tenus sur deux jours : "les noirs, c’est le futur", "c’est du travail de noir, les blancs, c’est autre chose" » , a poursuivi le magistrat. « Il est qualifié de sérieux et fournissant un travail de qualité par son administration », a-t-il ajouté.

Plus compliqué pour le second policier

Le rapporteur a en revanche demandé le rejet de la requête d’un second policier qui demandait lui aussi l’annulation de sa révocation. A son propos, « l’administration ne s’est pas fourvoyée », a estimé Thomas Bertoncini. Le fonctionnaire « a produit environ une cinquantaine de publications sur ce compte Whatsapp. Leur caractère raciste, antisémite, misogyne, discriminatoire, ne fait aucun doute à leur lecture », a argumenté le magistrat. En outre le fonctionnaire « a déjà fait l’objet d’une sanction, un blâme, en 2018 », a ajouté le magistrat.

« Le groupe WhatsApp n’est pas un groupe public »

Son avocate Marie-Perrine Philippe a elle assuré que le policier était « en grande dépression » et avait « toujours été exemplaire » jusqu’alors. « Le groupe WhatsApp n’est pas un groupe public », a-t-elle ajouté. « Il y a des communautés qui n’aiment pas ce que je représente, le mâle blanc, et j’applique une forme de réciprocité », avait déclaré son client le 3 septembre à Evreux lors du procès en correctionnelle de cinq policiers dans cette affaire.

Le parquet avait requis 1.000 euros d’amende contre cet homme considéré comme « l’idéologue » du groupe. Le tribunal correctionnel doit rendre sa décision le 5 novembre. Cent-cinquante euros d’amende ont été requis contre le policier dont le rapporteur a demandé l’annulation de la révocation.