Lyon : Condamnée à trois mois de prison avec sursis pour avoir porté de fausses accusations de tentatives de viol

MENSONGES La jeune femme voulait porter plainte contre son compagnon pour violences conjugales 

C.G.
— 
Le nouveau palais de justice de Lyon, le 14 juin 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Le nouveau palais de justice de Lyon, le 14 juin 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Trois de mois de prison avec sursis, c’est la peine prononcée à l’encontre d’une jeune femme de 23 ans qui était jugée la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Lyon pour dénonciation calomnieuse. Cette habitante de Givors était poursuivie par deux hommes qu’elle avait accusés à tort de tentatives de viol, rapporte ce lundi Le Progrès. Elle devra en outre leur verser 1.500 et 2.000 euros pour le préjudice moral subi.

Les faits se sont déroulés au mois d’août 2020. La jeune femme, victime de violences conjugales, a cherché un prétexte pour se rendre à la gendarmerie sans éveiller les soupçons de son compagnon. Elle lui a alors fait croire qu’elle venait de subir une tentative de viol en réunion et qu’elle devait se rendre à la gendarmerie pour porter plainte. Sauf que son concubin a tenu à l’accompagner.

Devant les gendarmes et en présence du père de ses enfants, la mise en cause n’a pas osé avouer la vraie raison de sa venue, préférant ainsi mentir et accuser deux autres personnes. Ces derniers ont fini par être disculpés après un minutieux travail d’enquête. La jeune femme, auxiliaire puéricultrice, a toutefois fini par porter plainte contre son compagnon, qui a écopé d’un rappel à la loi.