Marseille : Fortes amendes pour les organisateurs d’une soirée du nouvel an clandestine

CORONAVIRUS Le tribunal a toutefois abandonné l'accusation de mise en danger de la vie d'autrui

A.V.
— 
En discothèque (illustration)
En discothèque (illustration) — CARO FOTOS/SIPA

Organisateurs comme participants pensaient avoir déniché le bon plan de ce nouvel an sous couvre-feu dû au Covid-19, mais la fête avait finalement tourné court à l’arrivée des forces de l’ordre. Les gendarmes avaient verbalisé sur place la moitié des 300 noceurs et interpellé trois organisateurs de cette fête clandestine, tenue dans le 10e arrondissement de Marseille.

Deux de ces organisateurs, poursuivis pour « travail dissimulé », « dissimulation d’activité » et « mise en danger de la vie d’autrui », ont été condamnés ce lundi matin à des amendes de 8.000 euros, dont 4.000 avec sursis, rapporte La Provence. Le tribunal a toutefois abandonné l’accusation de mise en danger de la vie d’autrui. La société par laquelle cet événement a été organisé a été condamnée à une amende de 20.000 euros, dont 10.000 avec sursis.