Après le bad buzz, le footballeur Odsonne Edouard a (enfin) indemnisé l'homme qu’il a rendu sourd

DEDOMMAGEMENTS Condamné en avril à verser 23.000 euros d’indemnités à un Toulousain sur lequel il avait tiré en février 2017, l’ex footballeur du TFC vient enfin de payer la somme

Béatrice Colin
— 
Odsonne Edouard, lors d'un match avec Crystal Palace.
Odsonne Edouard, lors d'un match avec Crystal Palace. — Nigel Bramley/Focus Images Ltd/S/SIPA
  • En 2018, Odsonne Edouard était condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir tiré sur un Toulousain, qui avait perdu une partie de l’ouïe lors de cette agression en pleine rue.
  • En avril dernier, le footballeur avait été condamné à verser plus de 23.000 euros d’indemnités sur les intérêts civils à sa victime.
  • Après un bad buzz sur cette affaire en septembre, Odsonne Edouard a fini par verser en début de semaine la somme qu’il devait à sa victime.

Le bad buzz a certainement accéléré le règlement auquel Francis Guiral ne croyait plus. Ce Toulousain a perdu en février 2017 une partie de l’ouïe après avoir été visé par un coup de feu tiré depuis une voiture par Odsonne Edouard, en pleine rue et alors qu’il ne connaissait pas le footballeur. Ce dernier, condamné en 2018 à quatre mois de prison avec sursis pour cette agression, devait verser plus de 23.000 d’indemnités à sa victime depuis un jugement d’avril sur les intérêts civils.

Mais début septembre, alors que le joueur était transféré Outre-Manche au club Crystal Palace pour un montant de 17,5 millions d’euros, aucun versement n’avait été réalisé. De quoi énerver Francis Guiral qui avait saisi le TFC, l’ancien club d’Odsonne Edouard, pour que celui-ci intervienne. Une information qui n’avait pas manqué d’arriver aux oreilles du patron du nouveau club du footballeur, mais aussi de son entraîneur.

« Infinitésimal comparé à son salaire »

Une mauvaise presse qui a dû accélérer les choses, car en début de semaine, l’avocat de Francis Guiral a reçu le versement des quelque 23.000 euros dus par le footballeur. « Cela a été un parcours d’obstacles pour récupérer ce qui est une petite somme pour lui, c’est infinitésimal comparé à son salaire. En Angleterre, le foot est un sport de gentlemen, ce genre d’affaires n’est pas le style de choses appréciées », relève le Toulousain qui pense que le jeune joueur a dû avoir la pression de son club pour régler ce qu’il devait.

En septembre, ce dernier avait reçu une réponse du TFC lui donnant les contacts directs du président de Crystal Palace. Et le maire de la Ville rose, Jean-Luc Moudenc, était intervenu auprès de la direction des Violets pour qu’elle interagisse avec le club anglais.