Marseille : Un Arménien condamné pour des jets de cocktails molotov sur le consulat de Turquie

CORRECTIONNELLE « On vit dans une société où tout le monde a le droit de débattre mais pas de combattre », a rappelé la présidente du tribunal

20 Minutes avec AFP
— 
Le tribunal de Marseille
Le tribunal de Marseille — Alexandre Vella / 20 Minutes

Les faits remontent à avril 2016. Un militant arménien avait attaqué le consulat de Turquie, à Marseille, lançant des cocktails molotov dans la cour de celui-ci. Ce vendredi, le tribunal correctionnel de Marseille l’a condamné à trois ans de prison, dont six mois ferme. « Le tribunal tient à relever la gravité des faits, même s’ils sont anciens », a insisté la présidente du tribunal correctionnel de Marseille, Karine Sabourin, à l’énoncé du jugement : « Manier des engins explosifs dans une France en paix, viser des consulats qui doivent être respectés, c’est très grave. On vit dans une société où tout le monde a le droit de débattre mais pas de combattre; »

Le tribunal a accepté que la partie d’emprisonnement ferme soit purgée à domicile, sous bracelet électronique. Le prévenu, identifié par de l’ADN retrouvé sur le goulot d’une des bouteilles, avait été détenu durantcinquante-six jours après son interpellation. La section antiterroriste du parquet de Paris et la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire s’étaient rapidement dessaisies de ce dossier, une fois établie l’absence de lien entre le prévenu et un quelconque groupe activiste.

Son complice jamais identifié

Les caméras de vidéo-surveillance du consulat avaient capté l’image de deux hommes vêtus de sombre, l’un porteur d’une casquette, l’autre d’une capuche, prenant la fuite à vive allure au volant d’un véhicule. Ce complice, que le prévenu désignait sous le pseudonyme d'« Axper », soit « frère » en arménien, n’a jamais été identifié.

Lancés après 23 heures, les engins incendiaires n’avaient pas occasionné de gros dégâts, ayant en partie calciné le pied d’un mât et entièrement brûlé un drapeau turc.