Nice : Après son expulsion par la police en pleine audience, l'avocat Paul Sollacaro reçoit à nouveau le soutien de sa profession

INCIDENT D'AUDIENCE En mars dernier, après de vifs échanges avec le magistrat, Me Sollacaro avait été expulsé d'une audience

E.M.
— 
Paul Sollacaro, lors de la manifestation contre son expulsion par des policiers
Paul Sollacaro, lors de la manifestation contre son expulsion par des policiers — NICOLAS TUCAT / AFP

S’il n’a pas reçu le soutien du Premier ministre Jean Castex la semaine dernière, l’ avocat Paul Sollacaro a affirmé recevoir celui de « l’ensemble des instances représentatives de la profession », a indiqué France 3 Côte d'Azur ce jeudi. En mars, il avait été expulsé par la police après de vifs échanges avec le président de l’audience, Marc Rivet.

La semaine dernière, l’inspection générale de la justice, saisie par Jean Catex, a décidé de ne pas sanctionner le magistrat à l’origine de l’expulsion. Une décision qui avait « consterné » le principal concerné : « C’est une insulte faite aux avocats. Un manque de considération pour l’ensemble de la profession, une régression totale des droits de la défense », a-t-il confié à la télévision locale. D’après cette dernière, le Conseil national des barreaux, la Conférence régionale des bâtonniers du Sud-Est et de la Corse, et la Conférence des cent ont déposé une motion pour dénoncer la décision.

Un renvoi refusé à l’origine de l’affaire

Le 11 mars dernier, Paul Sollacaro plaidait à Aix-en-Provence pour le procès de 11 prévenus dans un dossier de trafic de drogue. Le client qu’il aurait dû défendre était positif au Covid-19. L’avocat souhaitait le renvoi de l’audience, une demande rejetée. Après de vifs échanges entre l’avocat et le magistrat, ce dernier avait fait évacuer Me Sollacaro par la police.

Par solidarité, tous les autres avocats présents avaient déserté la salle. Une semaine plus tard, plus de 200 avocats s’étaient rassemblés pour manifester en soutien.