Affaire Delphine Jubillar : La mère de Cédric met en doute l’innocence de son fils avant de faire marche arrière

AU MICRO La mère de Cédric Jubillar aurait mis en doute l’innocence de son fils dans la disparition de Delphine en décembre dernier auprès de 100 % Radio. Avant de pondérer ses premiers propos

B.C.
— 
Cédric Jubillar lors d'une battue le 23 décembre pour rechercher Delphine, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre.
Cédric Jubillar lors d'une battue le 23 décembre pour rechercher Delphine, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre. — Fred SCHEIBER / AFP
  • Après avoir pris sa défense en début d’année, la mère de Cédric Jubillar s’est confiée à 100 % Radio, estimant qu’il pouvait être coupable du meurtre de sa femme, avant de faire machine arrière.
  • Décrite comme fragile, elle a expliqué qu’elle voulait que la vérité éclate et qu’elle laissait le soin à la justice de faire son métier.
  • Un des avocats de Cédric Jubillar estime que la mère du principal suspect, aujourd’hui incarcéré, est « fatiguée » et en quête de vérité.

En février dernier, Nadine F., la mère de Cédric Jubillar décidait dans un post Facebook de prendre la défense de son fils, alors pointé du doigt sur les réseaux sociaux dans le cadre de la disparition de Delphine, dans la nuit du 15 au 16 décembre à Cagnac-les-Mines. Depuis, ce dernier a été mis en examen pour « meurtre sur conjoint » le 18 juin et placé en détention. Et les certitudes d’innocence de sa mère semblent avoir vacillé.

C’est en tout cas de ce qu’elle aurait confié la semaine dernière à un animateur de la 100% Radio dans le cadre d’une émission dédiée à la voyance. Elle aurait alors expliqué être, au regard des indices dévoilés par les gendarmes, désormais « persuadée de la culpabilité » de son fils. Avant de revenir sur ses propos au micro de la radio, indiquant que les précédents échanges avaient été faits dans le cadre d’une « discussion pas intime, mais privée ».

« Se raccrocher à quelque chose »

« Dans le but de me raccrocher à quelque chose. Au jour d’aujourd’hui je suis toujours dans l’ignorance et je cherche par tous les moyens possibles et imaginables », ajoute-t-elle lors de l’interview.

Mardi, la cour d’appel de Toulouse a rejeté la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar. Lors d’une précédente audience, en juillet dernier, l’avocate de la belle-mère de Delphine avait expliqué que sa cliente se trouvait fragilisée et même « psychologiquement » brisée après sa garde à vue qui s’était déroulée en même temps que celle de son fils. « Ma cliente a été instrumentalisée du début à la fin » de cette période d’audition avait même souligné Me Jessica Chefaroudi, niant que sa cliente croit alors son fils capable de meurtre.

« Fatiguée et en recherche de vérité »

Aujourd’hui, cette dernière espère juste « que la vérité va éclater » et « laisse le soin à la justice de faire son métier », rappelant qu’elle l’aime son fils et « sera toujours là pour lui ».

Des déclarations qui sèment encore plus le doute. Mais pour l’un des avocats de Cédric Jubillar, « elle n’est ni accusatrice, ni défenseuse de son fils, c’est simplement une personne qui au bout de neuf mois de médiatisation, et maintenant de combat judiciaire, est fatiguée et en recherche de vérité », a réagi de son côté Me Jean-Baptiste Alary.