Alpes-Maritimes : Face à l’obligation vaccinale, 522 soignants déposent deux recours

VACCINATION Le premier recours est pour suspendre le décret, le second, pour l’annuler

E.M.
— 
Des soignants à l'hôpital de Nice (Illustration)
Des soignants à l'hôpital de Nice (Illustration) — AFP

Réunis dans le « Collectif Soignants 06 », 522 membres du personnel hospitalier des Alpes-Maritimes ont déposé, à travers l’avocat Jérôme Campestrini, deux recours contre le décret du 7 août, relatif à la vaccination obligatoire des soignants. Le premier est pour le suspendre, le second, pour l’annuler.

D’après les informations de Nice-Matin, l’avocat devra également s’occuper d’une centaine de dossiers, transmis par le collectif, de personnes suspendues depuis le 15 septembre et l’application de la loi sur le vaccin obligatoire pour le personnel de santé.

Me Jérôme Campestrini se réfère aux droits européen et français qui établissent des règles à propos d’un médicament en phase expérimentale. Ainsi, seules les personnes aptes à avoir un consentement libre et éclairé peuvent le recevoir. Pour les vaccins mis sur le marché, leur rapport final ne sera rendu que d’ici un ou deux ans. « On ne peut pas conditionner l’accès à un emploi en obligeant à la vaccination », a déclaré l’avocat au quotidien local.