Yvelines : Prison ferme requise contre l’ex-maire de Villepreux pour harcèlement sexuel

PROCES Le parquet a requis douze mois de prison dont six ferme à l'encontre de l'ancien maire, soupçonné d'avoir envoyé des centaines de messages déplacés aux plaignantes

20 Minutes avec agence
— 
BOUTIN PHILIPPE/SIPA

L’ancien maire de Villepreux (Yvelines) a été jugé ce jeudi devant le tribunal judiciaire de Versailles pour harcèlement sexuel sur deux plaignantes, entre 2018 et 2019.

Stéphane Mirambeau aurait ainsi envoyé des centaines de messages déplacées à deux femmes qu’il avait tenté d’intégrer à son équipe de campagne pour les municipales 2020, rapporte Le Parisien. L’ex-élu aurait également sollicité des photos dénudées et utilisé de faux comptes sur les réseaux sociaux pour entrer en contact avec ses victimes.

Addiction à l’alcool

Au cours de l’enquête, certains collaborateurs de Stéphane Mirambeau auraient confirmé le harcèlement de l’édile auprès de plusieurs femmes. Il se serait même montré menaçant. A la barre, le prévenu, âgé de 53 ans, aurait justifié ses actes par son addiction à l’alcool et une rupture difficile en 2017. Il n’a pas contesté la teneur souvent vulgaire des messages, mais réfute les accusations de harcèlement.

Le parquet a requis à l’encontre de l’ancien maire douze mois de prison dont six ferme, une mesure d’inéligibilité pendant cinq ans, ainsi que l’obligation de se soigner et de ne plus entrer en contact avec les plaignantes. Le jugement sera rendu le 7 octobre prochain.