Bouches-du-Rhône : Lidl mis en examen pour homicide involontaire et harcèlement moral après le suicide d'un salarié

INFO 20 MINUTES Lidl a été mis en examen pour harcèlement moral et homicide involontaire après qu’un de ses salariés a été retrouvé pendu dans un entrepôt près d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)

Mathilde Ceilles
— 
Illustration de Lidl
Illustration de Lidl — Justin Tallis / AFP
  • Lidl a été récemment mis en examen pour harcèlement moral et homicide involontaire dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en 2017.
  • Un employé d’un entrepôt Lidl de Rousset avait été retrouvé pendu en 2015 sur son lieu de travail. Un autre a été victime d'un burn-out
  • Dans ce dossier, Lidl a déjà été condamné en appel au civil en 2020.

Près de six ans après le suicide d’un de ses salariés dans un entrepôt près d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Lidl a été  mis en examen pour homicide involontaire et harcèlement moral, a appris 20 Minutes de sources concordantes.

Au lendemain de la diffusion en 2017 d’un numéro de Cash Investigation d’Elise Lucet, qui dénonçait le management de Lidl, une information judiciaire avait été ouverte par le parquet d’Aix-en-Provence, afin de faire la lumière sur le décès de Yannick Sansonetti. Ce dernier a en effet été retrouvé pendu le 29 mai 2015 sur son lieu de travail, un entrepôt Lidl situé à Rousset dans les Bouches-du-Rhône.

« Le séisme de sa vie »

Au fil de la procédure, un autre cas avait été par la suite joint au dossier : celui de Patrice Tonarelli, responsable d’entrepôt jusqu’en 2018 et supérieur direct de Yannick Sansonetti, victime de burn-out un mois avant le suicide de ce dernier. D’après nos informations, Lidl a été mis en examen récemment, dans le cadre de la procédure pénale, pour harcèlement moral dans ces deux affaires.

« Cette décision me paraît naturelle et logique, si ce n’est inéluctable au regard des éléments que l’on retrouve dans cette affaire, analyse Me Lucien Simon, avocat de Patrice Tonarelli. De ma vie d’avocat, j’avais jusqu’ici rarement vu quelqu’un d’aussi marqué par une relation professionnelle que Patrice Tonarelli. Cette histoire constitue pour mon client le séisme de sa vie, à la gravité conséquente. »

« Pression managériale très forte »

« Cette mise en examen pour homicide involontaire sur la personne de Yannick Sansonetti me paraît normale, abonde Me François Burle, avocat du frère et de la mère de Yannick Sansonetti. A partir du moment où, en connaissance de cause, vous violez une obligation légale de sécurité ou de prudence, et que vous causez un décès, c’est par la violation que vous avez commise que le décès est intervenu. Donc, vous êtes poursuivable pour homicide. »

Comme l’avait révélé 20 Minutes, en 2020, Lidl a déjà été condamné au civil en appel à la suite du suicide de Yannick Sansonetti. Dans son arrêt, la cour estimait que « le manquement de l’employeur à l’obligation de sécurité (…) constitue une faute inexcusable. » La cour faisait état d’une « pression managériale très forte depuis l’arrivée d’un nouveau directeur régional en janvier 2014 ». Selon cet arrêt, les employés de l’entrepôt de Rousset se retrouvaient soumis « à une amplitude de travail journalière déraisonnable, leur ajoutant des missions de façon imprévisible, sans leur donner des moyens de travail adaptés. » Après ce suicide, trois personnes avaient été embauchées par Lidl pour effectuer l’ensemble des tâches confiées jusqu’alors à Yannick Sansonetti seul.

D’autres affaires de harcèlement

« Cette mise en examen de Lidl prouve qu’on a été dans le vrai, malgré ce qu’on a voulu nous faire croire, estime Nicolas Sansonetti, le frère de Yannick Sansonetti. Cela confirme la décision au civil, et malheureusement, il va falloir aller au bout. Ce n’est pas une partie de plaisir. Ça aurait été bien, à un moment donné, que Lidl reconnaisse ses torts. On aurait pu peut-être s’en arrêter là. Je sais pertinemment que si demain, il y a une décision de justice, ce n’est pas ça qui nous le ramènera. Mais ça nous permettra juste de faire le deuil et d’arrêter les frais. »

Et d’ajouter : « Ce n’est pas une question de vengeance. C’est juste qu’on souhaite avoir une reconnaissance. On veut que sa mort n’ait pas servi à rien et que ça serve peut-être à d’autres personnes. » « Lidl a beaucoup d’affaires de harcèlement, rappelle Me Burle. J’ai deux autres dossiers au cabinet contre Lidl pour harcèlement, et il y en a une qui a fait une tentative de suicide. Je suis persuadé qu’il y a chez Lidl des règles de management, un système mis en place qui est préjudiciable pour les salariés. »

En février dernier, des perquisitions avaient été menées à la direction régionale de Lidl à Guingamp, en Bretagne, après le dépôt de plusieurs plaintes de salariés pour des faits de harcèlement et de discrimination syndicale. Contactée, la direction de Lidl indique qu’elle « reste à la disposition de la justice et ne souhaite pas commenter une affaire en cours d’instruction ».