Lille : Le Conseil d’Etat valide définitivement l’élection de Martine Aubry

POLITIQUE Les recours déposés contre l’élection de Martine Aubry en juin 2020 ont été rejetés par le Conseil d’Etat. Stéphane Baly (EELV) et Violette Spillebout (LREM) ont tous deux été déboutés

Mikaël Libert
— 
Lille, le 25 février 2020. Débat entre les candidats à l'élection municipale à Lille organisé par l'école Sciences Po Lille avec Martine Aubry, Stéphane Baly, Julien Poix, Violette Spillebout et Marc-Philippe Daubresse.
Lille, le 25 février 2020. Débat entre les candidats à l'élection municipale à Lille organisé par l'école Sciences Po Lille avec Martine Aubry, Stéphane Baly, Julien Poix, Violette Spillebout et Marc-Philippe Daubresse. — M.Libert / 20 Minutes
  • Le Conseil d’Etat valide par voie de conséquence l’élection de Martine Aubry en juin 2020.
  • Deux requêtes en annulation avaient été déposées devant le tribunal administratif, puis devant le Conseil d’Etat par deux adversaires de la maire de Lille.
  • Les deux instances n’ont pas estimé suffisants pour annuler l’élection les griefs soulevés par les requérants.

Début juillet, le Conseil d’Etat examinait les requêtes de Violette Spillebout (LREM) et Stéphane Baly (EELV), qui réclamaient l’annulation de l’élection municipale à Lille. Sans surprise, les deux anciens adversaires de Martine Aubry ont été déboutés.

C’était leur dernière chance de voir se rejouer le match de l’élection municipale à Lille et celle-ci vient de s’envoler après que le Conseil d’Etat a rendu sa décision, ce mardi. « Les requêtes présentées par Mme Spillebout […] d’une part et par M. Baly […] d’autre part, sont rejetées », conclut le Conseil d’Etat dans sa décision que 20 Minutes a pu consulter. « Nous nous en réjouissons, même si nous avons toujours été sereins », dit-on du côté de la liste « Lille en commun, durable et solidaire » qui avait porté la candidature de Martine Aubry en mars et en juin 2020.

Des griefs nombreux, mais pas suffisants

Il n’y avait de toute façon que peu de suspense, cette décision allant dans le même sens que les recommandations de la rapporteure publique présentées à l’audience, ces recommandations suivant elles-mêmes la décision prononcée par le tribunal administratif de Lille en mars 2021. Pourtant, les griefs avancés par les requérants pour demander l’annulation de l’élection étaient nombreux : irrégularité du jugement du tribunal administratif, méconnaissance de plusieurs dispositions du code électoral, pressions exercées sur les électeurs, atteinte à la liberté de suffrage, irrégularités dans certains émargements…

Rien de cela, selon le tribunal administratif, ne justifiait de mettre en doute la sincérité du scrutin. Même constat du côté du Conseil d’Etat. Elue avec 227 voix d’avance sur le candidat écologiste, Martine Aubry est, et restera, maire de Lille jusqu’en 2026.