Lyon : De la prison ferme pour des « pieds nickelés » ayant volé des climatiseurs dans une annexe d’Interpol

CONDAMNATION Les deux suspects quinquagénaires ont écopé de 15 et 6 mois de prison ferme à Lyon

J.Lau.
— 
Photo d'illustration d'un bâtiment d'Interpol situé à Lyon.
Photo d'illustration d'un bâtiment d'Interpol situé à Lyon. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Sans doute en perspective des fortes chaleurs actuelles autour de Lyon, une improbable bande de trois quinquagénaires s’est mis en tête de voler des climatiseurs le 13 juin. Avec un tuyau partagé : cibler un bâtiment du quai Charles de Gaulle (Lyon 6e), où il serait soi-disant facile de se servir.

Comme le raconte Le Progrès, qui vient de suivre l’audience de deux des trois suspects, ceux-ci ont forcé des portes coulissantes pour sortir comme prévu, en plein dimanche, avec deux climatiseurs sur roulettes.

« Je croyais que le bâtiment était abandonné »

Problème de taille : le spot ciblé n’est autre qu’une annexe d'Interpol, dans un quartier hautement surveillé donc. L’un des prévenus est arrêté sur place, un autre le 15 juillet, et le dernier court toujours. « Je croyais que le bâtiment était abandonné, je ne savais pas que les caméras marchaient », reconnaît l’un des suspects, dont l’équipage est qualifié de « pieds nickelés » par leur avocat.

Les peines s’élèvent à 6 mois ferme sans mandat de dépôt pour l’un, et à 15 mois de prison en raison d’une vingtaine de mentions dans le casier pour son complice.