« Projet Pegasus » : Le parquet de Paris ouvre une enquête sur l'espionnage de journalistes

INVESTIGATIONS Dimanche, des médias ont révélé que les renseignements marocains avaient espionné une trentaine de journalistes et de patron de médias français via un logiciel israélien

Manon Aublanc

— 

La rédaction de Mediapart.
La rédaction de Mediapart. — MARTIN BUREAU / AFP

Après les révélations dimanche par plusieurs médias sur l’espionnage d’une trentaine de journalistes et de patrons de médias français par les services de renseignement marocains via un logiciel israélien, le parquet de Paris a annoncé, ce mardi dans un communiqué de presse, l’ouverture d’une enquête.

Cette enquête a été ouverte pour une longue liste de dix infractions dont « atteinte à la vie privée », « interception de correspondance », « accès frauduleux » à un système informatique et « association de malfaiteurs ».

Une plainte du Canard enchaîné

Cette enquête fait à la suite de la plainte déposée, ce lundi, par le site d’information français Mediapart et de ses journalistes Edwy Plenel et Lenaïg Bredoux, visés par le logiciel espion, à laquelle doit s’ajouter une plainte similaire du Canard enchaîné.

Les investigations ont été confiées à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).