Pornic : Amende avec sursis pour le gérant du resto qui avait servi du détergent à une fillette

INTOXICATION Un restaurateur de Pornic (Loire-Atlantique) a été condamné à quatre amendes avec sursis, ce lundi

J.U. avec AFP
— 
Le palais de justice de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique.
Le palais de justice de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique. — D.P. / 20 minutes
  • Il y a deux ans, une petite fille avait été gravement intoxiquée après avoir bu du détergent, présenté comme du jus de fruit.
  • Le restaurateur a été condamné à 26.000 euros d'amendes avec sursis et sa société à 26.500 euros d'amende avec sursis. 

Du détergent avait été servi à la place d’un jus de fruit. Un restaurateur de Pornic (Loire-Atlantique) a été condamné ce lundi à quatre amendes avec sursis, deux ans après l'intoxication d’une fillette de 22 mois à l’auberge de la Fontaine aux Bretons, a-t-on appris auprès de l’avocat du prévenu.

Il y a « une relaxe sur les faits intentionnels, donc sur la mise en danger d’autrui, et il y a une déclaration de culpabilité sur les blessures involontaires, et en répression, il y a des amendes avec sursis », a expliqué Fabien-Jean Garrigues, avocat du gérant de l’hôtel-restaurant réputé où se sont déroulés les faits en août 2019. Le gérant a été condamné à 26.000 euros d’amendes avec sursis et sa société à 26.500 euros d’amende avec sursis.

Le père de la fillette « en colère »

« Je suis décontenancé (…) je ne comprends absolument pas qu’on puisse condamner quelqu’un, c’est-à-dire admettre qu’il a commis une erreur (…) et il n’y a aucune condamnation concrète derrière, c’est-à-dire qu’il n’y a que du sursis », a réagi Arnaud Kob, le père de l’enfant. Une peine de six mois d’emprisonnement avec sursis, assortie d’une amende, avait été requise en juin au tribunal judiciaire de Saint-Nazaire.

« Ils n’ont pas d’amende, ils n’ont rien à payer, et pourtant les conséquences c’est que ma fille est handicapée, son œsophage est brûlé, il lui a été retiré et elle sera handicapée à vie. Aujourd’hui, elle est nourrie encore, pour entre 20 et 30 % de son alimentation, par sonde entérale, directement dans son estomac », a décrit Arnaud Kob au sujet de son enfant qui aura quatre ans en septembre. « Les démarches que j’ai effectuées, j’espérais qu’elles allaient faire passer un message de dissuasion », a-t-il encore déploré, affirmant être « en colère en tant que père, et en tant que citoyen ».

Le gérant n’était pas présent lors de l’accident

L’accident était survenu à la suite d’une erreur, du produit pour lave-vaisselle ayant été versé dans une bouteille de jus de fruit. La bouteille avait été placée au frigo, puis servie à l’enfant à un moment où le gérant n’était pas présent dans l’établissement.

La décision « est respectueuse de la douleur de la famille, parce que ça aurait été dramatique pour la famille que personne ne soit condamné à ce moment-là. Après elle n’est sans doute pas satisfaisante parce que les véritables responsables ne sont pas là, ils n’étaient pas convoqués », a estimé Me Garrigues. A L’Auberge de La Fontaine aux Bretons, une enquête interne a entraîné des changements dans l’effectif du restaurant. Le patron a également demandé à son fournisseur de changer la couleur et la texture du produit afin d’éviter le moindre risque de confusion.