Marseille : Un fournisseur de réseau de trafic de stupéfiants interpellé en Espagne

DROGUE L’homme de 38 ans, originaire de la région lyonnaise, était en fuite depuis la peine de huit ans de prison prononcé à son encontre et en son absence en mars dernier.

Alexandre Vella
— 
Dans une prison (illustration)
Dans une prison (illustration) — KONRAD K./SIPA
  • Mohamed Hamidi était connu des services pour avoir approvisionné, au moins jusqu’en 2015, des réseaux marseillais.
  • Arrêté en 2015, il avait été placé en détention provisoire avant de prendre la fuite dans l’attente de son procès.
  • Condamné à 8 ans de prison en son absence, il a été interpellé le 2 juillet en banlieue de Barcelone.

Mohamed Hamidi n’aura échappé à la justice qu’une poignée de mois. Condamné à Marseille en son absence a huit mois de prison en mars dernier pour trafic international de stupéfiants, l’homme de 38 ans a été interpellé la semaine dernière en banlieue de Barcelone, au terme d’une coopération fructueuse entre les polices de Marseille, Montpellier et Barcelone.

Originaire de la région lyonnaise, « il fournissait divers réseaux marseillais en s’approvisionnant en Espagne mais travaillait beaucoup avec l'équipe de Carmes », détaille Sébastien Lautard, chef du groupe stup de la police de Marseille. Une équipe démantelée en 2015 peu après que ces derniers ne finissent par payer leur fournisseur « avec du plomb ». Comprenez des balles. « Carotté » mais indemne, Mohamed Hamidi a aussi été « tapé » par la PJ marseillaise peu de temps après, alors qu’il remontait chargé de 90 kg de cannabis d’Espagne. Placé en détention provisoire, libéré dans l’attente de son procès, le trafiquant en profite pour disparaître des radars. Du moins essayer, car la peine qui l’attend est sans appel : le tribunal de Marseille le condamne en son absence à 8 ans de prison. Dans la foulée, un mandat d’arrêt est émis.

Quand l’amour trahi

Bandits, trafiquants et fugitif mais amoureux, c’est sa compagne qui conduira à son insu les enquêteurs jusqu’en banlieue de Barcelone. « Les collègues marseillais avaient bien travaillé son entourage et nous ont signalé que sa compagne demeurait dans la région de Montpellier », reprend le commissaire Jean-Philippe Fougereau. L’équipe montpelliéraine spécialisée dans les fugitifs commence alors la surveillance technique et physique de cette femme qui établit des contacts avec le trafiquant. Et c’est sans doute la téléphonie qui a payé. La police apprend que sa compagne va le rejoindre en Espagne début juillet.

Un mandat d’arrêt international est requis et la police française demande l’assistance de leurs collègues espagnols. Filée par un équipage français depuis son domicile au-delà de la frontière espagnole, comme le permet la coopération européenne, la compagne de Mohamed Hamidi conduit les enquêteurs jusqu’en banlieue de Barcelone. Ce sont les policiers barcelonais qui l’ont cueilli ce 2 juillet à 22 heures 30. Il est actuellement détenu à Barcelone, dans l’attente de son extradition. « Une belle affaire de coopération policière », se satisfait et conclut Jean-Philippe Fougereau.