Nice : Dieudonné condamné pour avoir insulté Christian Estrosi

JUGEMENTS Jugé dans trois affaires ce vendredi, le polémiste a écopé de quatre mois de prison et de deux amendes de 10.000 et 5.000 euros

E.M.
— 
Dieudonné a été condamné pour injure publique à l'encontre de Christian Estrosi (Illustration)
Dieudonné a été condamné pour injure publique à l'encontre de Christian Estrosi (Illustration) — PATRICK GELY/SIPA

Dieudonné M’Bala M'Bala a été condamné à 5.000 euros d’amende, 3.000 euros de dommages et intérêts et 2.000 euros de frais de justice, pour injure publique à l’encontre de Christian Estrosi, a confirmé à 20 Minutes Me Philippe Blanchetier, l’avocat du maire de Nice

La décision de l’audience, qui se tenait le 15 juin à Nice, a été rendue ce vendredi. L’affaire remonte à une plainte déposée en mars 2019 par l’élu, avec constitution de partie civile à l’encontre de l’humoriste controversé. Dans une vidéo postée sur Facebook, Dieudonné y avait insulté Christian Estrosi. Le maire de Nice s’était, quelques jours auparavant, opposé à la tenue de son spectacle et en faisant « tout ce qu’il pouvait » pour qu’il n’ait pas lieu à Nice, étant « en dehors des valeurs de la République ».

Au tribunal, Me Isabelle Coutant-Peyre, l’avocate du polémiste, avait défendu son client en affirmant que l’une des insultes était « amicale », a indiqué l’entourage du maire. Dieudonné avait également assuré que cette page n’était pas la sienne et que celui qui apparaissait lors de ces propos contre le maire de Nice, n’était pas lui.

Quatre mois de prison et 10.000 euros d’amende en plus

Ce vendredi également, Dieudonné M’Bala M'Bala était jugé dans deux autres affaires. Pour « injure publique envers un fonctionnaire », en l’occurrence Frédéric Potier, ancien délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, dans une vidéo diffusée en septembre 2020, le tribunal de Paris l’a condamné à 10.000 euros d’amende.

Toujours dans la capitale, dans un autre dossier jugé pour « injure publique à caractère antisémite » et « contestation de crime contre l’humanité » dans deux autres vidéos datant du mois de mai 2020, il a écopé de quatre mois d’emprisonnement.