Soupçons de prise illégale d’intérêts : Une perquisition en cours au ministère de la Justice

ENQUETE Eric Dupond-Moretti est visé par une enquête de la Cour de justice de la République pour des soupçons de prise illégale d’intérêts

Vincent Vantighem
— 
Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice et candidat LREM en Hauts-de-France, a voté ce matin
Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice et candidat LREM en Hauts-de-France, a voté ce matin — Ludovic MARIN / AFP

Des juges chez le ministre. Une perquisition est en cours depuis 9h, ce jeudi matin, place Vendôme dans les bureaux du ministère de la Justice, a appris 20 Minutes de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Accompagnés des gendarmes de la section de recherches de Paris, trois magistrats de la Cour de justice de la République sont donc entrés au ministère. Ils enquêtent sur des soupçons de prise illégale d’intérêts visant Eric Dupond-Moretti.

En janvier, la Cour de justice de la République avait indiqué avoir ouvert cette enquête liée à ses anciennes fonctions d’avocat. Cela faisait suite à plusieurs plaintes déposées non seulement par des syndicats de magistrats mais aussi par l’association Anticor, comme 20 Minutes l'avait révélé à l'époque.

L’affaire « des écoutes de Paul Bismuth » en toile de fond

Au cœur des accusations figure l’enquête administrative ordonnée par le ministre en septembre sur trois magistrats du parquet national financier (PNF) qui avaient participé à une enquête préliminaire visant à identifier la taupe qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu’ils étaient sur écoute dans l’affaire dite « des écoutes de Bismuth ».

Les syndicats de magistrats et l’association anticorruption reprochent à Eric Dupond-Moretti de se servir de ses fonctions de ministre pour régler ses vieux comptes, du temps où il était avocat. Malgré une première enquête estimant que le travail des magistrats du parquet national financier n'avait rien comporté d'illégal, le ministre avait, le 15 septembre 2020, saisi une seconde fois l'Inspection générale de la justice pour de plus amples vérifications. 

Depuis, il s'est déporté de ce dossier, laissant le soin à Jean Castex, son Premier ministre, de suivre l'affaire qui fait toujours l'objet d'investigations au Conseil supérieur de la magistrature.

Jean Castex a été entendu début juin dans ce dossier

Six mois après son ouverture, l'enquête de la Cour de justice de la République semble donc s'accélérer. Selon nos informations, Jean Castex a d'ailleurs été entendu en qualité de témoin, début juin, par les magistrats de la Cour de justice de la République. Eric Dupond-Moretti, lui, n'a pas encore été convoqué pour répondre aux questions des magistrats. Selon Le Canard enchaîné, il devrait l'être prochainement. Avec un réel risque de mise en examen.