Affaire « Air Cocaïne » : Les deux passagers du jet privé refusent de parler au procès en appel

TRIBUNAL Considérés comme deux piliers de l’affaire dite « Air Cocaïne », les deux passagers du jet privé incriminé ont refusé de s’exprimer lors du procès en appel à Aix-en-Provence

20 Minutes avec AFP

— 

Les deux pilotes impliqués dans l'affaire Air Cocaïne lors du procès en appel
Les deux pilotes impliqués dans l'affaire Air Cocaïne lors du procès en appel — NICOLAS TUCAT / AFP

Les deux passagers du jet privé​ chargé de près de 700 kg de drogue découverte à Punta Cana ont refusé de s’exprimer au procès en appel des deux pilotes et de 4 co-accusés, au grand dam de la défense qui les considère comme des maillons centraux de l’affaire «Air Cocaïne».

Jeudi après-midi, Alain Castany est apparu en visioconférence dans la salle d’audience de la cour d’assises d’appel des Bouches-du-Rhône. « Je ne veux faire aucune déclaration », a-t-il toutefois déclaré immédiatement, accompagné de son avocat.

Pas jugés en France

Nicolas Pisapia, le second passager, toujours sous contrôle judiciaire en République dominicaine, devait témoigner vendredi mais son avocat français a déjà indiqué qu’il refuserait également de s’exprimer.

Les deux hommes, qui ont été condamnés à 20 ans de prison par la justice dominicaine, n’ont toujours pas été jugés en France, où ils sont aussi accusés dans ce dossier, dans lequel leur cas a été disjoint.

Leur absence avait déjà plané en première instance en 2019 où les pilotes, qui clament leur innocence, avaient été condamnés à six ans de prison, après avoir fui la République dominicaine où ils avaient aussi écopé d’une peine de 20 ans de prison.